Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 Jan

Comment choisir son coach ?

Publié par Alice Kara  - Catégories :  #Tribulations..., #Apprentissages

Comment choisir son coach ?

 

Bonjour à tous mes ptits poulets !

 

Aujourd’hui, un petit article ou je vais prêcher un peu pour ma paroisse.

 

Les métiers de l’accompagnement personnel ont pris une ampleur considérable ces dernières années.

Y’a plusieurs facteurs à ça selon moi.

 

D’une, les gens sont souvent bloqués au moment de prendre des décisions, ils ont perdu leur pouvoir décisionnaire, et ils manquent de confiance en eux.

 

De deux, il est devenu beaucoup plus difficile dans la société actuelle de trouver sa place, et de la garder. La réussite est cloisonnée, presque exclusivement réservée à une « élite ». Faut avoir déjà de l’argent à la base, ou connaître les bonnes personnes, ou une capacité spécifique à exploiter, et beaucoup de chance.

 

De trois, On s’est aperçu que le matériel ne rendait pas forcément heureux, et  que le bonheur ne pouvait se cultiver qu’en dedans. Donc on a tendance à plus investir dans de l’immatériel, du savoir, de la connaissance, ou dans des objets qui peuvent nous aider à en obtenir, que dans des trucs futiles. Les gens attendent un peu plus pour s’acheter de la nouvelle déco, de sorte à investir en eux même.

 

De quatre, on en a marre des gens qui se plaignent à longueur de journée, tellement y’en a, que quand on voit quelqu’un qui est inspirant, on a envie d’lui coller aux basques. De l’imiter, de connaître tous ses secrets, de s’en inspirer, histoire de paraître aussi confiant que lui. On lit des biographies inspirantes, des bouquins de développement personnel, on adapte son discours, ses gestes, son attitude… etc. mais comme tout ça ne fonctionne pas assez vite, ou assez bien, on a l’impression de louper un petit quelque chose, et ce petit quelque chose, on nous le propose dans une formation, ou une séance, et bingo, suffit d’acheter pour être rassuré, on a acheté, on va avoir. The big secret, the big formule, the big truc révolutionnaire bien emballé, bien présenté, et ça va nous sauver de notre marasme ambiant bordélique du mental.

 

Alors, je ne suis pas du tout en train de cracher dans la soupe hein, je propose moi-même des séances d’accompagnement, mes « boosters », et je vais même sortir des programmes. (oui je sais, j’ai annoncé ça y’a plus d’un an déjà, et c’est toujours pas sorti, méa culpa ! Je fais trop de trucs pour le AK Show, mes minis vidéos et mes articles ici, j’ai du mal à tenir mes délais j’avoue…)

 

Mais j’ai quand même envie de vous aider à choisir votre coach.

Parce qu’un coach, c’est quand même un choix méga perso, et tout le monde ne correspond pas à ce dont vous, vous avez besoin.

Par exemple, quelqu’un qui serait allergique aux gros mots, ou au parler cash, à moins d’être complètement maso, faut pas qu’il m’appelle moi… Sinon il risque d’être surpris par mon phrasé hautement dénudé de tout sens littéraire voyez vous !

 

Un bon coach, c’est quelqu’un avec qui vous allez sentir un truc, une connexion, une connivence, quelqu’un dont vous saurez d’instinct qu’il va pouvoir vous aider.

Si vous ne savez pas comment le choisir d’instinct, voici quelques conseils, dans le désordre.

 

  1. Prenez en un au poil luisant.

 

Un coach, ça doit quand même être un peu soigné. Peu importe son style, s’il a des tatouages, combien il a foutu de budget dans ses fringues, il doit quand même savoir prendre soin de lui, dedans, comme dehors. S’il est pas capable de positiver un minimum, s’il pue des d’ssous d’bras, s’il a une haleine de chacal et les cheveux comme une motte de beurre, c’est qu’il n’a déjà pas trop compris le sens de l’essence du bien être. (Ou le respect de la clientèle qui vient le voir) Il peut être très doué dans les mots, mais s’il ne sait pas les appliquer, il lui sera difficile de vous inviter à les appliquer à son tour.

 

Un coach montre l’exemple. Si vous cherchez une coach en relooking, vous allez pas aller voir une nana fringuée comme Yvette Horner.

Si vous voulez un coach sportif, vous n’allez pas aller voir un mec qui n’a jamais fait de sport.

Perso, je préfère un coach qui fait avec moi, qu’un coach qui explique tout bien ce qu’il faut faire, mais n’applique pas lui-même.

 

  1. Prenez en un dont vous connaissez déjà le travail.

 

Soit via des vidéos, ou des articles, ou des parutions à la télé ou dans des magasines, ou peu importe. Regardez ce qu’il fait, comment il le fait et ce qu’il propose. Nombre de coachs proposent du contenu gratuit sur la toile, et y’a déjà pas mal de quoi vous inspirer sans dépenser un centime.

 

Même si la base du marketing, c’est de dire que plus on offre de contenu gratuit, plus les gens se sentent obligés d’acheter derrière, que neni. Je suis cliente comme vous, et une acheteuse coriace qui plus est, je ne passe à la caisse que lorsque le type m’a provoqué un minimum de 4 ou 5 moments de « Rhaaaaa putain il a raison, j’avais pas vu ça comme ça, l’est doué le mec » (ou la nana hein)

 

Les coachs les plus doués ne sont pas forcément ceux qui ont les plus beaux sites, ou les plus belles gueules, ou le meilleur emballage. (ça complète mon point du d’ssus)

Ni même ceux qui ont toutes les certifications possibles et inimaginables. Si le coach ne produit pas un minimum de contenu, s’il ne transmet pas déjà au moins un peu de son savoir, c’est qu’il réserve le peu qu’il sait uniquement à ceux qui vont payer, et qu’il n’est pas en mesure de donner beaucoup.

Ce qui m’amène au point suivant.

 

  1. Préférez un créateur à un copycat.

 

Même si les grands principes et les grands enseignements du développement personnel tournent souvent autour des mêmes sujets, et qu’il y a des choses par lesquelles on ne peut déroger quand on fait ce métier là, y’a possibilité de toujours créer plus.

 

T’as deux sortes. Ceux qui copient, pis ceux qui créent.

 

Ceux qui copient, ou appliquent tout à la lettre, peuvent être de bons coachs, auprès d’un public souvent très scolaire, mais ils stagnent. (Et je ne parle même pas du plagiat qui est une coutume sans scrupules apparemment dans ce métier…)

 

Alors certes, ils publient du contenu, mais si vous avez déjà vu ce contenu partout ailleurs, c’est qu’ils se sont pas tellement sorti les doigts du cucul pour aller le chercher. Ils ont demandé à leur ami Google de se sortir les doigts du cucul à leur place, et ils balancent ça en 3 minutes. Copier, coller, hop. Après tout, ça marche pour les autres, donc ça va marcher pour eux. C’est le cas. (Ben oui, ils copient pas d’la merde, ils sont pas cons !) mais demandez leur de créer un truc, ou d’inventer un truc, ou de sortir des sentiers battus par d’autres, ils seront comme des couillons.

 

Les créateurs à contrario, font un peu du n’importe quoi, ils n’emploient pas forcément les bons termes pour expliquer un truc, ou ils vulgarisent un peu le schmilblik, parce qu’ils piochent en dedans d’eux ou dans leur expérience perso plutôt que chez Google. Mais le développement perso, c’est eux qui l’ont crée. Les premiers bouquins là-dessus, les premiers trucs inspirants, les citations qui circulent un peu partout sur le web, c’est des créateurs qui les ont sortis d’eux même à la base.

 

Y’a des perles de sagesse dans les vieux bouquins, dans de nouveaux bouquins aussi, et il a bien fallu les sortir de quelque part. Donc perso, j’aurais tendance à plus aller directement vers un créateur, que vers quelqu’un qui s’est largement inspiré à droite à gauche et qui a tout réuni dans un truc qui porte son nom.

 

Exemple pragmatique : Quand j’ai acheté une formation en ligne pour apprendre le HTML et le CSS, j’ai pas choisi un prof qui m’aurait fait des cours magistraux là-dessus. J’ai opté pour un geek qui est pas du tout à l’aise en vidéo, mais dont c’est le métier de créer des sites web. Qui le fait au quotidien, en plus de proposer des formations. D’une, parce qu’il sait ce par quoi on passe quand on développe un site web, et de deux, parce qu’il n’a pas forcément toutes les réponses, mais qu’il est capable, en bidouillant, de se dépatouiller, et de créer lui aussi. Il participe à des forums qui proposent des applications innovantes gratuitement pour les tester. BINGO. (Je ne saurais pas vous dire s’il est beau gosse, c’est pas mon rayon, pis j’men fous complètement, mais il a le poil luisant, il porte une chemise lol)

 

  1. Prenez en un qui sait qu’il n’a pas toutes les réponses.

 

Comme je l’ai dit plus haut dans mon exemple, il n’est pas nécessaire de choisir un coach qui en apparence sait tout sur tout. Du moment qu’il sait les trucs qui vous intéressent à vous.

 

Ce n’est pas possible de tout connaître de l’humain. Le cerveau n’est pas capable de stocker toute la connaissance qui existe sur l’être humain. Y’a des chercheurs qui sont morts en essayant.

Chaque être humain a des mécanismes, des fonctionnements qui lui sont propres, et il existe des spécialistes dans tous les domaines.

Identifiez vos besoins AVANT de consulter ou de prendre RDV.

 

Si vous voulez faire des abdos avec un coach sportif, vous n’allez pas aller voir un type qui sait tout faire à peu près, mais rien faire vraiment de manière poussée.

Choisissez votre accompagnant perso spécialisé, en fonction de vos besoins spécifiques.

 

Par exemple moi, je suis spécialiste des relations amoureuses, du reboosting avec des coups de pieds au cul, et de la détente de string spirituelle. Si quelqu’un vient me voir pour des opérations boursières, il va pas avancer des masses le mec. (True story. J’ai rien compris à son merdier, je l’ai remboursé lol)

 

  1. Prenez en un qui a de l’humour.

 

Ça c’est exclusif à vous mes poulets, parce que si vous me lisez, c’est que vous en avez beaucoup, et aimez ça.

 

Fixez votre dévolu sur quelqu’un qui a un bon sens de l’humour, de l’auto-dérision, et qui va vous faire rire, vous détendre, qui aura le bon mot pour vous dérider au bon moment et qui va vous aider à voir les choses avec humour et distance.

 

Quelqu’un qui sait rire de lui-même apprend infiniment plus vite que quelqu’un qui prend les choses trop au sérieux.

 

La vie semble tellement difficile et lourde en ce moment, pour tout le monde, que si vous ne faites pas appel à quelqu’un qui a au moins un peu de légèreté, vous allez encore plus vous faire chier. C’est pas le but je pense.

 

En conclusion, si j’osais, j’vous dirais que la meilleure coach, c’est la vie.

 

Elle a le poil luisant, vous connaissez déjà son travail, c’est la créatrice suprême, elle ne donne jamais toutes les réponses, pis elle a un master +++ en sens de l’humour.

 

Mais dans le cas ou vous n’arrivez pas à décoder ses messages ou ses enseignements, y’a moi, j’peux vous aider, ou un tout autre accompagnant en développement personnel qui sera plus spécialisé que je ne le suis pour vos opérations boursières ou whatever !  

 

 

@ Bientôt quelque part mes poulets ;)

 

Ps : Je ferais une très bonne coach de coachs en fait, si j’apprenais à cultiver tous ces éléments à ceux qui veulent en faire leur métier ! ahaha ! J’le fous de suite dans ma boîte à idées sur mon bullet journal. Lol 

 

Ps² : Ne m’appelez pas parce que vous avez des soucis relationnels avec vos chats, je suis dans la même merdasse que vous à ce niveau là avec les 7 miens !

 

Ps3 : Si vous aimez lire mes conneries ou regarder mes vidéos et que vous voulez que j’me relève même la nuit pour vous écrire encore et encore mes trucs à peu près inspirants, vous pouvez m’offrir un kawa que je boirais à votre santé en cliquant là :

PayPal, le réflexe sécurité pour payer en ligne

Commenter cet article

Archives

À propos

La vie "presque" ordinaire d'une incorrigible provocatrice de sourires, agitatrice de consciences... Et ses tribulations !