Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 Aug

Aux petits bonheurs, la chance !

Publié par Alice Kara Medium  - Catégories :  #Élucubrations médiumniques !

al-205.jpg

Bonjour mes anges !!!

Aujourd'hui, je vais vous parler d'un "bébé concept" mais non moins important... Qui consiste à se dire que tout le monde cherche à trouver un bonheur total, sans se dire que le bonheur peut être simplement une accumulation de tout plein de petits bonheurs. 

Et un petit bonheur, qu'est ce que c'est ?

Ce sont tout simplement les petites choses de la vie, que l'on côtoie tous les jours et qu'a trop vouloir chercher un bonheur total, nous ne voyons plus...

Des instantanés de vie, comme regarder un soleil qui se couche, avoir une discussion marrante au téléphone, recevoir un mail sympa, avoir des nouvelles de nos proches, danser un slow avec son traversin et s'imaginer que des fantômes se marrent en nous voyant...

Il y en tellement que je ne pourrais les citer tous.

Mais je vous propose un exercice, à faire dans les commentaires de ce blog. Un petit truc à la "Amélie Poulain", film avec Audrey Tautou, qui a été au même lycée que moi, et a eu les mêmes profs de théâtre que moi d'ailleurs, mais à qui je n'ai jamais parlé en ce temps là lol (Je ne voulais rien savoir sur mes dons de médium et donc je ne pouvais pas savoir qu'elle serait célèbre, sinon je lui aurais dit lol)

Bref, ne nous égarons pas, voici l'idée de l'exercice :

Simplement un petit "j'aime, j'aime pas" avec des petites choses. Rien que des petits trucs de la vie de tous les jours qui font que nous sommes ce que nous sommes.

Comme d'habitude, c'est moi qui commence !

J'aime :

Entendre craquer les glaçons quand je les plonge dans un verre rempli de sirop de fraise.

Me glisser dans ma couette devant la télévision et faire le "rouleau de printemps".

Danser la musique à fond avec mes chats dans les bras. (En ce moment c'est Shakira, "Waka Waka" j'arrive pas à me la sortir de la tête, mais ils aiment bien lol)

Le pschiiiiit d'une canette de coca cola.

Sourire aux gens qui font la gueule au supermarché.

Pousser mon caddie (toujours au supermarché)

Boire un smoothie fait maison sur mon balcon au réveil.

L'odeur de la lessive fraichement lavée et du pain qui sort du four. 

M'amuser avec la cire des bougies.

Lire tous vos commentaires au réveil et avoir un retour sur mon livre d'or. 

Piocher un livre de ma bibliothèque au "hasard" et en lire quelques lignes pour répondre à une question que je me pose. 

Zapper sur des chaines improbables sur mon bouquet TV et tomber sur des émissions encore plus improbables. 

Les chipsters et les fraises tagada.

Utiliser le mot "grut" pour dire tout et n'importe quoi. "C'est trop grut !" "Le grut il m'a dit que...", "Il s'est engruté lui", "Non mais que je suis grut !" (En gros, c'est comme le mot "schtroumpf" mais à la mode russe lol)

 

J'aime pas :

Les odeurs fortes le matin.

Quand on me réveille 10 min après que je me sois endormie pour noter une idée d'article ou un message. (Raymond... grrrr)

Quand je n'ai plus de batterie sur mon Mp3 et que je suis sans musique pendant un voyage. 

Quand on m'appelle avant 14h (Je répond pas lol)

Qu'il y ait des zombies à la télé. (Mais je regarde quand même, allez savoir pourquoi !)

Quand dans un film l'héroine file tout droit dans la gueule du tueur sans prendre de précautions et qu'elle se permet de hurler quand même !

Ne pas avoir de gruyère pour mettre sur mes spagghettis. 

Oublier un rendez vous. (Et ça m'arrive tout le temps arf !)

Quand on sonne à ma porte et que je suis dans mon bain !

 

A vous mes anges !!!

J'attend vos commentaires...

@ bientôt quelque part ;)

Ps : Aller, pour la route !

Commenter cet article

Robert 13/01/2011 03:58



Bonjour,


Ton site est SUPER, mais çà, tu le savais déjà, moi aussi j'ai quelques facultés, je vais dire très spéciales suite à un accident (NDE) j'ai été faire un petit tour de l'autre côté et on mp'a
renvoyé.... Je t'écrit suite à ton idée des petits bonheurs ... note çà a fait tilt car j'y avais pensé sans te connaître, mais ce n'est pas pour çà que j'use les touches de mon clavier.


Un lama (Lobsang Rampa pour ne pas le citer) a suggéré ceci : son prof (?) lui dit regarde la lune, pour toi, c'est une planète, ...oui ... eh bien ta vision du monde est faussée par ton corps
physique ... pourquoi ... une goutte de rosée au bout d'une feuille pour toi c'est quoi ? .... une toute petite goutte d'eau de rien du tout. Imagine maintenant que tu aie la taille d'un tout
petit microbe ou d'un virus et que tu vive sur cette plante, en regardant les gouttes de rosée tu diras qu'il y a des milliers de planètes autour de toi. Alors, le monde que t'offre tes yeux est
fausse, regarde donc le monde en fermant tes yeux ET .....


C'est vrai, médium c'est pas jojo, répondre aux questions des gens AVANT qu'ils ne posent ces questions on te prend pour un sorcier et quant à dire l'avenir aux gens rien qu'en les regardant dans
les yeux, là tu les perturbes carrément surtout quand ils voient que c'est vrai ...


Quand aux esprits, des fois, je m'énerve ou ILS m'énervent alors je les envoie promener.


Enfin, à 59 ans et l'accident à 20 ans çà fait un bail ce serait trop long à raconter.


Merci pour ta gentillesse et SURTOUT pour ta gaieté et ta bonne humeur.


Amitiés


BOB



Biche 02/10/2010 19:32



Pour ceux que le thème du bonheur en lien avec l'univers interesse, vous pouvez rechercher sur le site du Point.fr cet article (section recherche) :


Stoïciens, le bonheur paradoxal (paru le 3 aout 2010)


Il y est justement question de notre propre regard sur la vie.



Alice Kara Medium 05/10/2010 06:01



le message est passé ;)


Bises ma belle !



Biche 08/09/2010 20:12



C'est la 3ème fois que je poste ma petite philosophie sur les stoïciens ! Quand ça veut pas, ça veut pas !... Cette fois sera-t-elle la bonne ?


http://www.lepoint.fr/culture/stoiciens-le-bonheur-paradoxal-05-08-2010-1222276_3.php



Biche 01/09/2010 09:50



J'ai l'impression que ma petite philosophie d'hier n'est pas arrivée. Je tente un lien...


http://www.lepoint.fr/culture/stoiciens-le-bonheur-paradoxal-05-08-2010-1222276_3.php


Bref, le bonheur est surtout un état de point de vue (l'autre regard).


Dans mon commentaire d'hier qui n'est pas passé, je te disais que me revoilà et que j'étais contente pour toi que tes vacances au Canada se déroulent bien!


Biche



Biche 31/08/2010 15:01




Coucou, me voici de retour! Contente de constater que ton voyage au Canada se déroule bien.



 



Voici un article paru dans le Point à propos du bonheur... Zut!!! Rezut!!!! Je ne parviens pas à écrire plus petit!





Stoïciens, le bonheur paradoxal


Heureux dans le pire. Etonnants stoïciens. Selon eux, rien n'entame le bonheur du sage. Maladie, pauvreté, exil, prison... pas un malheur ne l'affecte. Mais de quel bonheur s'agit-il au juste ?
Et quelle leçon en tirer aujourd'hui ?


Roger-Pol Droit




Le taureau de Phalaris.Un tyran, un supplice et un paradoxe ouvrent le chemin. Le tyran se nomme Phalaris. Il règne par la terreur et l'assassinat, comme il se doit, et passe
pour singulièrement dépravé - on lui attribue une attirance pour le cannibalisme. Cette réputation fait que, dans l'Antiquité, le nom de cet homme, qui régna sur Agrigente au VIe siècle avant
notre ère, devint synonyme de cruauté extrême.






Pour plaire à Phalaris, un sculpteur eut une idée de supplice artistique. Il fabriqua un vaste taureau d'airain, aux naseaux garnis de flûtes. Quand le tyran voudra se débarrasser d'un
adversaire, il suffira d'introduire ce malheureux dans le taureau et d'allumer le feu sous la statue. Le gêneur meurt atrocement mais, en hurlant, fait résonner harmonieusement les flûtes.


Pour les Anciens, le taureau de Phalaris a symbolisé l'horreur absolue : souffrance sans échappatoire, mort honteuse dans l'obscurité et les suffocations, sous les rires d'un maître
sanguinaire. Pourtant, voilà qu'on nous dit que, même dans cette situation de malheur extrême, le sage stoïcien serait heureux ! Bon nombre de textes grecs et latins jusqu'à Cicéron
reprennent en effet cette affirmation difficile à croire pour l'homme occidental contemporain.


Voilà donc le paradoxe à examiner. Dans l'agonie la plus effroyable et la plus injuste, comment demeurer inaltérablement serein et souverainement heureux ? Même en faisant sa part à
l'exagération, il faut interroger cet exemple. Etre heureux quoi qu'il advienne, est-ce concevable ? Par quels moyens ? Quel genre de bonheur est-ce là ? A ces questions, les stoïciens ont
répondu, en paroles et en actes, cinq siècles durant.


Ce qui dépend de nous et ce qui n'en dépend pas.En effet, c'est vers 300 avant notre ère que Zénon de Citium commence à enseigner cette doctrine nouvelle. Il réunit ses
premiers disciples, sur l'agora d'Athènes, sous le Portique peint ou Poecile (Stoa Poikilè) - le nom va leur rester : les gens du Portique, stoikoï, les stoïciens. Phénicien d'origine, Zénon
est arrivé jeune dans la capitale de la philosophie. Sa cargaison de pourpre s'étant abîmée en mer, il est ruiné mais s'intéresse à la sagesse. Aucun des cours qu'il suit ne le satisfait, pas
même le rude enseignement de Cratès, disciple de Diogène. C'est pourquoi il finit par fonder sa propre école, destinée à changer de vie plutôt qu'à discourir. Le succès du stoïcisme commence
: " Il enseigne la faim et trouve des disciples ", souligne une comédie de l'époque.


Quelques siècles plus tard, quand l'empereur Marc Aurèle meurt sur les bords du Danube, en 180 de notre ère, le stoïcisme est une doctrine au faîte de sa gloire. Elle rassemble les
meilleurs esprits de Rome, influence d'innombrables oeuvres. Les bases jetées par Zénon demeurent, mais l'école de sagesse des gens du Portique a connu une série de métamorphoses qui mettent
de plus en plus l'accent sur son éthique.


La manière la plus simple de l'aborder est fournie par Epictète. Ancien esclave, cet homme austère enseigne, vers le début du IIe siècle de notre ère, les moyens d'atteindre le bonheur dans
un monde hostile.Leçon 1 : discerner clairement entre les faits et nos représentations. L'essentiel ne se joue pas dans les circonstances, mais dans ce que nous
en pensons. J'ai un accident, je suis blessé, il m'en restera des séquelles - voilà des faits, je n'y peux rien. En revanche, vivre cette épreuve comme une catastrophe déprimante ou comme un
défi stimulant, pour Epictète, cela ne dépend que de moi.


Règle d'or de ce stoïcisme : distinguer entre ce qui dépend de nous et ce qui n'en dépend pas. Notre volonté, nos pensées, nos représentations et nos jugements
sont en notre pouvoir. Pourquoi ? Parce que nous sommes, par nature, des êtres doués de raison : la raison en nous commande si rien ne l'entrave. Nous sommes donc radicalement libres, au sens
où rien au monde ne peut faire plier notre volonté ni manipuler notre pensée. Impossible de faire que nous voulions ce que nous ne voulons pas. La volonté pensante est une forteresse.


Le tyran peut toujours menacer, emprisonner, torturer, exécuter ; jamais il n'aura le pouvoir de faire que je ne pense pas ce que je pense. Ce que je veux, juge et décide ne dépend que de
moi. Ce principe directeur interne est notre " citadelle intérieure ". Inexpugnable et invincible. Reste à savoir comment elle peut nous préserver du malheur, et si cela suffit à
être heureux.


Au début du " Manuel " d'Epictète, la liste des choses qui " ne dépendent pas de nous " peut surprendre : le corps, la richesse, la réputation, le pouvoir. Il semble évident que nous
ne sommes pas dépourvus d'action dans ces domaines. Ne faisons-nous pas ce que nous pouvons pour être en bonne santé ? Pour améliorer nos revenus, pour éviter la misère ? Du coup, on peut
avoir du mal à comprendre que tout cela ne dépende pas de nous. En fait, jamais les stoïciens ne nient l'existence de ces actions ni ne conseillent de les abandonner. Ce qu'ils soutiennent
est plus subtil. Quels que soient nos efforts pour être prospère, le résultat n'est jamais garanti. Par définition, nous ne maîtrisons pas le hasard : malgré nos soins, peuvent nous tomber
dessus maladie, misère, calomnie, disgrâce.


Le bonheur ne peut donc être assuré par aucune circonstance extérieure - qu'elle soit corporelle, financière ou sociale. Nous ne contrôlons absolument que notre
volonté pensante. C'est donc elle seule qui doit pouvoir nous permettre d'être heureux, dans toutes les situations, même les pires. Ainsi, quoi que le sort lui réserve, le sage stoïcien va
pouvoir demeurer inaccessible au malheur. Il peut être, comme dit Epictète," malade et heureux, en danger et heureux, mourant et heureux, exilé et heureux, méprisé et heureux
".


Le contresens : imaginer le stoïcien masochiste. Croire que la souffrance le rend heureux serait une complète erreur. En fait, la douleur lui est aussi
indifférente que le plaisir : dans ce domaine, rien ne l'atteint, car tout ce qui est hors de notre pouvoir lui paraît indifférent. Mais il n'entre aucune volonté de mortification dans cette
stratégie de séparation radicale entre circonstances et jugements. Les stoïciens parviennent même à combiner l'" indifférent " et le " préférable ". Sauf cas particulier,
rechercher la maladie, la misère ou l'humiliation est insensé. Santé, richesse, pouvoir sont donc préférables. Mais, d'un autre côté, ce sont aussi des choses indifférentes, car leur perte
aux yeux des stoïciens est sans conséquences : ces éléments extérieurs ne conditionnent pas leur bonheur.


Citadelle intérieure. Protégé des fluctuations du hasard, blindé contre les coups du sort et les revers de fortune, voilà donc notre stoïcien... stoïque - impassible et
indestructible. Mais heureux ? En quel sens ? Pour l'entrevoir, il reste à faire un autre chemin. Car le sage ne s'est pas seulement soustrait au malheur, mais de manière positive il veut le
bien, pratique la vertu, aime la totalité du cosmos et vit selon la nature. Pour lui, ce ne sont pas là des activités distinctes, mais une seule et même façon de conduire son existence - en
l'occurrence, celle qui rend heureux.


Assurément, ce bonheur du sage est loin de ce que nous nommons communément par ce terme. Dans la conception usuelle, il entre toujours une part de plaisir et une part d'aléatoire - qui rend à
nos yeux le bonheur toujours fragile, exposé, destructible. Aristote, dans l'" Ethique à Nicomaque "





camille 18/08/2010 09:33



j'aime:


me frotter contre la couette qui sort du seche linge


avoir un chat qui dort sur mes genous (mm si j'ai des trucs à faire)


l'odeur de la rue une fois qu'il a plu après une grosse chaleur


lire des livres qui me font réfléchir


pouvoir parler de tout mes soucis avec mamère sans avoir peur d'etre jugée


parler de ma petite vie avec certain de mes collègues de boulot


je n'aime pas:


les films qui traitent de sujets difficile (pour moi) tel que le viol par des images agréssives et violantes


qu'on ne soit pas franc avec moi


mon poids


me réveiller en pleine nuit et compter les temps de sommeil qui me reste


 


 



Ahyaelle 14/08/2010 11:12



J'aime...


L'odeur du santal et du lilas,


Voir des vieilles personnes qui s'embrassent,


Dormir d'une traite,


Me rendre compte que je n'ai plus mal à la tête,


Le son des choches des églises,


Allumer des bougies,


Eteindre des bougies,


L'odeur naturelle de ma mère,


Quand les gens rient en mettant la main devant leur bouche,


Ecouter les glaçons qui se craquèlent,


Recevoir une lettre avec mon nom écrit à la main dessus,


Faire lire des livres aux gens et qu'ils les aiment,


Le bruit de la pluie qui cogne contre la vitre quand il fait orage,


Quand on me dit "j'ai vu quelque chose qui te plairait" et que ce truc me plaise,


Lire le mot Ange,


Ecrire le mot Ange,


Attendre des gens que j'aime dans des endroits,


M'assoir dans un café, commander un thé et écrire pendant des heures sur un carnet,


Regarder mes chats dormir,


Dire que Morphée est un chat-mage


Dire que Lanfeust est un chat-guerrier,


Voir certains noms s'afficher sur mon portable,


Me rendre compte que j'ai le temps,


Tomber sur un article qui me parle,


Aimer les gens que j'aime...


Merci Alice...



Bluemoon 13/08/2010 18:07



J'aime


J'aime retrouver ma maison après plusieurs jours d'absence.


j'aime mes enfants quand ils rient à gorges déployés (je les aime aussi quand ils rigolent pas)


j'aime le gro bisou baveu de mon fils qu'il vient de me faire à l'instant.


J'aime retrouvé mon ordinateur alors que j'étais privé d'internet pendant les vacances


j'aime les messages de ma copine Sylvie qui me font bien rire


j'aime ce blog que j'ai toujours hâte de retrouver


j'aime l'Amour


J'aime le bruit de l'eau du ruisseau


j'aime marcher pieds nus dans l'herbe


J'aime pas


j'aime pas les vacances avec ma belle famille (sont pas marrants!!)


j'aime pas les prises de tête pour un rien


Et pis j'aime pas dire "j'aime pas"!! =)


bisous bisous


 



Celine 13/08/2010 09:55



rhoo ba zut :(  bon ba je reviens plus tard pour retaper tout mon blabla ! bisous



Alice Kara Medium 13/08/2010 19:19



lol désolée ! La technologie fait parfois des siennes ;)



Celine 13/08/2010 09:47










Alice Kara Medium 13/08/2010 09:53



le commentaire est vide :( mouarf !



rose-marie 12/08/2010 23:38



bonsoir alice.J'AIME  voir mes chats dormir,les voir jouer,donner des bb chats trouver,mon fils sourire,voir jeanine,voir joelle,me rendre compte que j'ai la chance de pouvoir me rouler dans
mon lit ect ect.....  J'AIME PAS   quand mes chats montent sur mon ordi,mes voisins massacrer les bb chats( maintenant je sais ou ils sont et je les donne) ma copine qui se plaint
de ne pas avoir d'argent et de faire des credits pour acheter des trucs qu'elle n'a pas besoin,de voir mon fils triste,jeanine qui ne vient pas souvent,des redifs a la tv,ect
ect.......       merci alice pour cet exercise bise


 



lore 12/08/2010 17:18



J'aime


Te lire le matin où quand ton article est posté


Ecrire pendant des heures.


Lire proust et beaucoup d'autres auteurs


Mes chattes (Manouchka et Jezabel)


Renaud


ma famille


faire la cuisine


voir mes amis


écouter de la musique


recevoir des Signes


J'aime pas


Être en dépression


Avoir des migraines


Me poser trop de questions (mais j'arrive pas à m'arreter de le
faire!)


Ne pas comprendre mes rêves


Attendre de savoir si je suis prise par une maison
d'édition.


douter de mon travail


Et enfin j'aime pas le fait de ne pas avoir déjà rencontré mon Grand
Amour!!!



sandra 12/08/2010 11:10



Coucou Alice,


J'adore ! Je me lance ...


J'AIME


- Les odeurs de la vigne, de l'herbe coupée, des roses et surtout le soir après l'arrosage du jardin ... 


- La chaleur, voir le soleil ...


- Faire des calins à mes enfants ...


- Méditer, rêver, lire ...


- Les fous rires ...


J'AIME PAS


- Les films violents où l'on voit du sang ...


- Les jeux virtuels ...


- Les disputes, les cris ...


- Etre l'esclave du ménage ...


- Le téléphone ... Je filtre toujours avec le répondeur ...


Merci Alice, pour cet exercice que je n'avais jamais fait ... car finalement je me rends compte de mon "isolement" qui est ce que j'aime en fin de compte ...


Gros bisous et passes une bonne journée



mélusine 12/08/2010 09:25



J'aime : *


-trainailler le matin sous la couette


- écouter en boucle la même chanson pendant des heures (en ce moment c'est "je viens diner ce soir" de la comédie musicale belles belles belles (ca m'est apparu en revenant de la poste y'a 2
jours)


- recevoir des textos


- papoter des heures avec les coupines


- le ptit café du matin


 


J'aime pas :


-que l interphone y sonne quand j attend personne


- les chiens qui aboient pour rien


- et heu surement plein de choses



Kinesio21 12/08/2010 08:46



J'AIME


- les blogs qui prennent la peine de faire participer leurs lecteurs !


- les articles qui me mettent de bonne humeur le matin (;-)


- le sourire béat sur le visage de mon fils qui viennent de se rendormir dans son transat...


- ma vie, son rythme, les rencontres qui la ponctuent, mon quotidien.


- l'homme qui partage ma vie, mon "grand A" à moi


- les gens, ceux qui viennent déposer un peu de leur fardeau dans mon cabinet, ceux qui me tapent la conversation au rayon légumes, ceux qui me saluent dans la rue, ceux que je ne connais pas
encore...


- méditer, et sentir que tout mon corps lâche enfin prise et se détend, pour s'abandonner à l'instant présent


- l'odeur du pain grillé le matin


- les journées de beau soleil


- les belles journées de pluie


 


JE N'AIME PAS


... ne pas aimer ! Sachant que chaque élément de cette rubrique renverra invariablement à une part de moi qui demande à être pacifiée...ce matin, j'ai pas envie de gratter davantage. J'ai bien
bossé sur moi ces derniers jours, la-faute-aux-énergies-de-fou-du-moment. Alors je m'accorde une pause et je déclare officiellement mes remarques "j'aime pas" en grève !!! ;-)


Bisous Alice et très belle journée à toi !


Gaëlle



sonia 12/08/2010 07:31



bonjour alice


moi ca commence avant de descendre de mon lit,,,,,il y a mon petit bouchon (chien)qui monte sur mon lit , se met les quatres pattes en l air pour que je le capougne partout ,,,,ca dure 10minutes
voir plus, ensuite une vieille manie pendant que le cafe passe je vais jusque au bout du jardin pour dire bonjour aux fleurs , aux oiseaux et a mon gros herisson qui a elu domicile dans le
jardin,en revenant   je reste quelques minutes sur la terrasse a contempler le petit etang et nourrir les poissons,,,,,apres ca j essaie que ma journee soit tous petits bonheurs
,,,,,,,lire les mails qui commence toujours par un clic pour nourrir animaux abandonnes puis aller voir l article de ma tite medium,,,,,


le reste ,,,,,,,,,deja se lever avec une bonne zic a la radio,,,,,,c est divin


voila ,,,,,,,,,apres on verra ce qu il faut resoudre ,,,,,,  bisous a tous et bonne journee,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,sonia 



Archives

À propos

La vie "presque" ordinaire d'une incorrigible provocatrice de sourires, agitatrice de consciences... Et ses tribulations !