Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 Sep

Go with the flow...

Publié par Alice Kara Medium  - Catégories :  #Tribulations...

river.JPG

 

Bonjour mes anges !!!

 

Je fais une petite pause dans ma course folle, pour poser quelques mots ici. 

Cette semaine, fut... mouvementée. Bien que je n'ai pas bougé d'un poil encore... 

J'ai mis en place une organisation de folie pour tenter de rattraper mon retard de consultations, qui s'accumulait un peu trop, avant mon départ pour le Québec... Euh... Demain. lol

 

(Il va être bordélique cet article, j'le sens, mais pas le temps de m'attarder à le remettre en ordre, je le ferais dans les prochains, ou pas. lol)

 

J'ai ainsi placé toutes les consultations que j'ai pu placer, jusqu'à en faire 4/5 par jour. Autant vous dire que j'ai pompé GRAVE sur tous les guides qui passaient par là. Bref, c'est un vrai marathon énergétique. 

Mais c'est ça aussi le cheminement spirituel... Il n'y a pas de chemin, il n'y a rien à trouver, mais il faut bien s'occuper entre temps, vivre, et travailler... Un peu. 

Je suis depuis plusieurs mois, en observation de moi. En observation de la personnalité qui m'habite. 

J'ai débuté une véritable introspection intérieure, me disant que, observer mes comportements, mes pensées, de loin, serait le meilleur moyen de m'éloigner de cette personnalité, aller voir "au delà" de ce qui fait que je suis moi. 

 

J'ai pu me rendre compte que j'avais en moi des choses bien ancrées, qui n'étaient pas exactement le reflet de la réalité dans laquelle j'évolue aujourd'hui. Que je pouvais maintenant, laisser sur le chemin, des bribes de ce que j'étais avant, et qui ne me servent plus, pour voyager léger.  

 

J'ai observé sous toutes les coutures la culpabilité que j'avais en moi par exemple. 

 

Une culpabilité qui ne sert pas, si ce n'est à structurer la personnalité à un moment donné, pour nous faire devenir ce que l'on est. 

 

Moi ma culpabilité était en rapport avec Grand A. 

 

Pendant toutes ces années, je pensais que j'avais freiné toute affection dans ma vie sentimentale, "au cas où". 

Cette idée était bien ancrée profondément en moi. 

Je me disais que j'avais l'esprit trop fixé sur Grand A, trop en attente, et que jamais ô grand jamais, je n'arriverais à trouver de bonheur autrement que dans ses bras. 

 

Du coup, je ne m'attachais pas. Et je me gardais bien de laisser quelqu'un s'accrocher. 

 

J'ai toujours pensé que c'était moi qui bloquais tous les possibles au niveau sentimental, délibérément. 

Mais à bien y regarder à deux fois, ces derniers mois, et ce grâce aux rencontres que j'ai faites, je me suis aperçue que la réalité de ce que je vis, est tout autre. Ce n'est pas moi qui bloque. 

J'ai pu voir que je pouvais m'attacher à quelqu'un, que j'étais ouverte à me laisser aimer par quelqu'un, et que je ne bloquais rien moi même. Et j'ai fait un bilan ou j'ai découvert que ce que je pensais jusque là comme un frein venant de moi, n'était pas de mon fait. 

Ce fut un immense soulagement pour mon mental, qui s'en porte bien mieux depuis cette découverte ! lol

 

Et pourtant... ça bloque toujours. Ou en tout cas, pour l'instant. Mais je suis bien décidée à faire d'un verrou, un "vers où". Je laisse le temps à la vie de m'embarquer sur son flow, sur sa douce rivière. 

 

J'ai beau tout tenter, j'ai beau m'accrocher comme un koala à quelqu'un, ça plante. 

Soit c'est la peur qui fait que ça n'aboutit pas, soit c'est une vision qui ne va pas vers le même point, soit c'est la vie qui fait en sorte que tout s'arrête. 

Et comme je suis têtue, bah c'est les trois points qui se mêlent les uns aux autres sur la même personne. 

Mais j'insiste. I'm a warrior. 

J'insiste pour aller jusqu'au bout, pour éprouver jusqu'à son paroxysme, le fait que ce n'est pas moi qui bloque une possible vie sentimentale. (Pis on sait jamais hein, des fois que ça marche ! lol)

(Et puis j'insiste parce que j'en ai envie aussi, soyons honnête lol)

Mais dans tous les cas, ce n'est jamais moi qui ai pris la décision d'arrêter une relation. Bien au contraire. 

 

Bref, je ne sais pas du tout où je vais, mais j'y vais quand même. C'est un peu beaucoup ça 2012. (Tout comme 2011 l'a été aussi lol)

Et ce, même si je dois me retrouver la tête dans le mur.

(On sait jamais, avec tous les fantômes que j'ai avec moi, des fois que je viendrais à traverser les murs finalement ! lol)

 

Je marche sur des oeufs ? Tant pis ! L'important c'est que je marche ! 

Il ne semble pas qu'un avenir soit possible ? Pas grave, Je crois aux miracles. 

 

En faisant ça, j'ai pu vraiment avoir la certitude que ce n'est pas moi qui bloque, non, moi je serais capable d'escalader le kilimandjaro si y'avait une infime possibilité que ça fonctionne. (Et n'allez pas penser que je ne suis pas sélective sur la personne avec qui j'aimerais que cela fonctionne, car comme vous le savez tous, je cherche une hybride de Mary Poppin's et la Princesse Leia... Ce n'est pas donné à tout le monde de rentrer dans cette catégorie, croyez moi lol) 

 

Mais si ce n'est pas moi qui bloque ? Alors... Qui ? 

Enfin, plutôt quoi ? 

L'Univers est ma seule réponse. 

 

Je ne veux même pas essayer de penser au pourquoi qui fait que l'Univers bloque. Penser à ce pourquoi pourrait me faire replonger dans l'idée que je ne suis réservée qu'à Grand A. Surtout que je suis supposée la voir mercredi. Et nope, je n'ai pas envie de cultiver cette pensée là, je veux ouvrir les vannes, ouvrir les possibles, ne plus me sentir limitée, ou "condamnée". 

(Bon, l'amour n'est pas une condamnation, peu importe avec qui on le vit, ce n'est pas le bon mot, mais je n'en trouve pas d'autre là tout de suite humpf !)

Je vais la voir en tant que sa jumelle d'âme, de loin, comme toujours, mais plus comme je le faisais avant... Les énergies seront totalement différentes. Ce fut déjà le cas les quelques fois précédentes. 

Avant, j'allais la voir "dans l'espoir de...", dans l'espoir qu'elle me voit, qu'elle réalise qu'elle avait en face d'elle l'évidence d'une connexion d'âme qui défie toute logique, et qui défie le temps. "Aller steuplé, aime moi !"

Là, énergétiquement, je ne suis plus du tout dans cette attente, je suis juste là, comme un soutien discret, presque invisible, au cas où elle ait besoin de piocher un peu, je ne bombarde pas de lumière, elle en a déjà bien assez d'ailleurs, je suis juste présente. 

Peu importe la personne, je sais que je serais heureuse en amour, c'est la seule chose que j'ai à savoir pour le moment. Et puis, j'ai aussi en moi la certitude que je suis déjà heureuse en amour, grâce à tout l'amour que j'ai en moi. L'amour est énergie, l'énergie circule et me revient toujours chaque fois que j'en donne. Je reçois déjà énormément d'amour... Par tous les biais possibles. 

 

Mais revenons en à l'Univers...

Il n'y a personne en dedans de l'Univers, je veux dire par là, aucune personnalité. Aucune personnalité digne de jugement, ou faite d'autre chose que d'amour. 

 

En me répétant que j'étais "coupable" jusque là de mon désert affectif, j'incluais l'idée même que j'avais un libre arbitre. Alors que je suis la première à dire et à savoir au plus profond de moi que le libre arbitre n'est qu'une illusion. 

 

Il n'y a que la vie, il n'y a que la vie même en nous, et la vie fait tout ce qu'elle veut. Le pire, le mieux... (Je crois que c'est dans une chanson ça, mais je ne me souviens plus laquelle lol)

On pense que la vie, (ou l'Univers ou whatever) nous punit, mais il n'en est rien, la vie s'exprime simplement. Elle s'exprime à travers nous. Nous donnant une forme de culpabilité à un certain moment, pour nous faire aller pile à l'endroit ou nous devons être à un moment précis et donné. Cette culpabilité est comme un guide, lorsqu'elle a fini de nous guider, elle s'en va guider quelqu'un d'autre. 

Lorsque l'on a plus besoin d'elle, elle s'en va. Comme toute chose qui traverse notre vie finalement. 

 

Je me rend de plus en plus compte que nous ne pouvons pas piloter la vie, on a beau s'accrocher au gouvernail pour essayer de la faire aller là où nous voudrions qu'elle aille, ça ne fonctionne pas. 

Si nous vient l'idée de nous acharner, c'est que quelque part, il peut être nécessaire de le faire, mais si nous vient l'idée de lâcher prise, alors soit ! 

 

Ce sont nos pensées qui vont influencer nos choix. Aucune pensée ne vient de nous à proprement parler. Elles nous sont toutes soufflées par l'Univers. Nous avons une pensée à un instant T, juste parce que nous avons les expériences qui ont fait que nous en sommes venus à penser ça. 

Toute pensée est la résultante d'un nombre incalculable de choses que l'on a vécu, expérimenté, et pensé en amont. 

 

La place du hasard dans tout ça ? Ouep. Il n'y a pas de hasard en fait, mais ça ce n'est pas nouveau. Seulement, on n'a pas idée de tout ce que cette simple phrase représente. De tout ce que cela implique qu'il n'y ai pas de hasard. Beaucoup lancent cette phrase là, en en ayant la conviction, sans se rendre compte de ce qu'ils disent. 

Pas de hasard. 

Si nous pensions par nous même, cela impliquerait du hasard, cela signifierait que nous avons un libre arbitre, et le libre arbitre, incontrôlable, pourrait influer sur la vie, il pourrait faire résulter du hasard. Et cela donnerait un maudit bordel !

Vous me suivez ? 

 

Depuis mon éveil, et ce même si il s'est fait la malle depuis (et ça non plus, ce n'est absolument pas de ma faute lol) , je me rend compte que le fait que j'écrive un blog etc, ce n'est pas non plus un hasard. 

L'éveil est arrivé, il est reparti. Depuis, chaque fois que cela est nécessaire, chaque fois que j'ai besoin d'un petit quelque chose en rapport avec cet éveil là, en l'occurrence pour apaiser ou découvrir quelque chose en moi, où bien vous l'exprimer, hop, je le récupère comme par magie, comme si il n'était pas parti, comme si chaque élément que donne l'éveil en un seul coup réapparaissait par je ne sais quel enchantement, je me retrouve automatiquement dans la position d'aller fouiner chaque petit trésor un par un, les uns après les autres, pour mieux vous en donner la carte détaillée. Où mieux faire que vous vous en sortiez vous aussi tout aussi bien que moi dans la vie, même sans être éveillé, même sans savoir ce qu'est l'éveil. 

 

Le processus est immense. 

 

Se reconnecter à la vie même. 

 

J'en suis l'un des instruments, bien malgré moi. Je vous promet que si c'était moi qui pensais, ce serait un bordel monstrueux ici ! ahaha ! 

Une chance pour vous que ce soit uniquement l'Univers qui s'exprime à travers moi en fait ! Yipaaaa ! ^^

 

Laisser la vie s'exprimer comme ça lui chante, est un point très important pour être heureux, pour être serein, pour ne pas souffrir.

Accepter le courant, tel qu'il est, même si il nous remue un peu l'estomac, même si on est pas sécure du tout sur le petit bateau qui mène la barque. 

 

Il faut passer les remous pour accéder à la jolie plage. 

Si on regarde les courants frapper les rochers de plus haut, cela donne une belle image de la rivière. 

De plus haut, les courants sont magnifiques, sauf que lorsque l'on est dessus et que l'on a peur, on ne voit pas cette beauté là. Mais la beauté, elle est quand même là, encore plus belle avec nous dessus. 

 

Go with the flow mes anges, à l'arrivée, vous soufflerez un bon coup, et tout ira mieux. 

Vous respirerez de nouveau, à plein poumons. 

 

Suivez la vie, soyez la vie. 

 

@ Bientôt quelque part mes anges ;)

 

Ps : Mes prochains articles seront postés de Montréal, Home sweet home ^^

Je vais pouvoir laisser retomber les poussières, qui se mêleront aux feuilles d'automne. C'est pas beau ça ? hihihi

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Biche 25/09/2012 13:34

J'aurai préféré pour toi,
J'aurai préféré pour toi,
Juste inverser le cours des choses.
Juste inverser le cours des choses.
J'aurai aimé, et toi ? une main tendue, une rose.
J'aurai aimé, et toi ? une main tendue, une rose.
J'aurai aimé de toi, la certitude d'un geste,
J'aurai aimé de toi, la certitude d'un geste,
Simplement quand sa n'va pas ne pas se fuir comme la peste.
Simplement quand sa n'va pas ne pas se fuir comme la peste.
Ils en étaient déboussolés de voir que l'on tenait quand même,
Ils en étaient déboussolés de voir que l'on tenait quand même,
Et nous les premiers étonnés de récolter ce que l'on sème, ce que l'on s'aime.
Et nous les premiers étonnés de récolter ce que l'on sème, ce que l'on s'aime.
J'aurai préféré, ma foi,
J'aurai préféré, ma foi,
éviter nos sombres démences et maintes,
éviter nos sombres démences et maintes,
Maintes fois, oublier d'partir en vacances.
Maintes fois, oublier d'partir en vacances.
En vacances de toi, et comme l'amitié nous rattrape,
En vacances de toi, et comme l'amitié nous rattrape,
Nous rattrape à chaque fois, autant tenir quand ça dérappe...
Nous rattrape à chaque fois, autant tenir quand ça dérappe...
Ils en étaient déboussolés de voir que l'on tenait quand même,
Ils en étaient déboussolés de voir que l'on tenait quand même,
Et nous les premiers étonnés de récolter ce que l'on sème,
Et nous les premiers étonnés de récolter ce que l'on sème,
Ce que l'on s'aime, ce que l'on s'aime.
Ce que l'on s'aime, ce que l'on s'aime.
J'aurai voulu aimé, tu sais, tenir le cap,
J'aurai voulu aimé, tu sais, tenir le cap,
Sauver les murs, courrir sans m'arreter,
Sauver les murs, courrir sans m'arreter,
Ne pas frissonner sous l'armure.
Ne pas frissonner sous l'armure.
Et j'aurai voulu, tu sais, la longue traversée tranquille.
Et j'aurai voulu, tu sais, la longue traversée tranquille.
J'aurai même imaginé, ne jamais atteindre une rive.
J'aurai même imaginé, ne jamais atteindre une rive.
Ils en étaient déboussolés de voir que l'on tenait quand même,
Ils en étaient déboussolés de voir que l'on tenait quand même,
Et nous les premiers étonnés de récolter ce que l'on sème,
Et nous les premiers étonnés de récolter ce que l'on sème,
Ce que l'on s'aime, ce que l'on s'aime.
Ce que l'on s'aime, ce que l'on s'aime.
J'aurai aimé, tu sais, éviter nos fausses mesures.
J'aurai aimé, tu sais, éviter nos fausses mesures.
J'aurai même préféré de nous, une lettre d'injures.
J'aurai même préféré de nous, une lettre d'injures.
J'aurai voulu parfois, oui t'étrangler aux quatres vents.
J'aurai voulu parfois, oui t'étrangler aux quatres vents.
Te serrer dans mes bras, ah ça je l'ai voulu souvent.
Te serrer dans mes bras, ah ça je l'ai voulu souvent.
Ils en étaient déboussolés de voir que l'on tenait quand même,
Ils en étaient déboussolés de voir que l'on tenait quand même,
Et nous les premiers étonnés de récolter ce que l'on sème, ce que l'on s'aime.
Et nous les premiers étonnés de récolter ce que l'on sème, ce que l'on s'aime.
Ils en étaient déboussolés de voir que l'on tenait quand même, e
Ils en étaient déboussolés de voir que l'on tenait quand même, e
T nous les premiers étonnés de récolter ce que l'on sème,
T nous les premiers étonnés de récolter ce que l'on sème,
Ce que l'on s'aime, ce que l'on s'aime...
Ce que l'on s'aime, ce que l'on s'aime...


J'aurai préféré pour toi,
J'aurai préféré pour toi,
Juste inverser le cours des choses.
Juste inverser le cours des choses.
J'aurai aimé, et toi ? une main tendue, une rose.
J'aurai aimé, et toi ? une main tendue, une rose.
J'aurai aimé de toi, la certitude d'un geste,
J'aurai aimé de toi, la certitude d'un geste,
Simplement quand sa n'va pas ne pas se fuir comme la peste.
Simplement quand sa n'va pas ne pas se fuir comme la peste.
Ils en étaient déboussolés de voir que l'on tenait quand même,
Ils en étaient déboussolés de voir que l'on tenait quand même,
Et nous les premiers étonnés de récolter ce que l'on sème, ce que l'on s'aime.
Et nous les premiers étonnés de récolter ce que l'on sème, ce que l'on s'aime.
J'aurai préféré, ma foi,
J'aurai préféré, ma foi,
éviter nos sombres démences et maintes,
éviter nos sombres démences et maintes,
Maintes fois, oublier d'partir en vacances.
Maintes fois, oublier d'partir en vacances.
En vacances de toi, et comme l'amitié nous rattrape,
En vacances de toi, et comme l'amitié nous rattrape,
Nous rattrape à chaque fois, autant tenir quand ça dérappe...
Nous rattrape à chaque fois, autant tenir quand ça dérappe...
Ils en étaient déboussolés de voir que l'on tenait quand même,
Ils en étaient déboussolés de voir que l'on tenait quand même,
Et nous les premiers étonnés de récolter ce que l'on sème,
Et nous les premiers étonnés de récolter ce que l'on sème,
Ce que l'on s'aime, ce que l'on s'aime.
Ce que l'on s'aime, ce que l'on s'aime.
J'aurai voulu aimé, tu sais, tenir le cap,
J'aurai voulu aimé, tu sais, tenir le cap,
Sauver les murs, courrir sans m'arreter,
Sauver les murs, courrir sans m'arreter,
Ne pas frissonner sous l'armure.
Ne pas frissonner sous l'armure.
Et j'aurai voulu, tu sais, la longue traversée tranquille.
Et j'aurai voulu, tu sais, la longue traversée tranquille.
J'aurai même imaginé, ne jamais atteindre une rive.
J'aurai même imaginé, ne jamais atteindre une rive.
Ils en étaient déboussolés de voir que l'on tenait quand même,
Ils en étaient déboussolés de voir que l'on tenait quand même,
Et nous les premiers étonnés de récolter ce que l'on sème,
Et nous les premiers étonnés de récolter ce que l'on sème,
Ce que l'on s'aime, ce que l'on s'aime.
Ce que l'on s'aime, ce que l'on s'aime.
J'aurai aimé, tu sais, éviter nos fausses mesures.
J'aurai aimé, tu sais, éviter nos fausses mesures.
J'aurai même préféré de nous, une lettre d'injures.
J'aurai même préféré de nous, une lettre d'injures.
J'aurai voulu parfois, oui t'étrangler aux quatres vents.
J'aurai voulu parfois, oui t'étrangler aux quatres vents.
Te serrer dans mes bras, ah ça je l'ai voulu souvent.
Te serrer dans mes bras, ah ça je l'ai voulu souvent.
Ils en étaient déboussolés de voir que l'on tenait quand même,
Ils en étaient déboussolés de voir que l'on tenait quand même,
Et nous les premiers étonnés de récolter ce que l'on sème, ce que l'on s'aime.
Et nous les premiers étonnés de récolter ce que l'on sème, ce que l'on s'aime.
Ils en étaient déboussolés de voir que l'on tenait quand même, e
Ils en étaient déboussolés de voir que l'on tenait quand même, e
T nous les premiers étonnés de récolter ce que l'on sème,
T nous les premiers étonnés de récolter ce que l'on sème,
Ce que l'on s'aime, ce que l'on s'aime...
Ce que l'on s'aime, ce que l'on s'aime...


"Ce Que L'on S'aime"

Biche 25/09/2012 12:09

Alice revient !!!!!!!!
Ici, en France il n'y a personne d'aussi saine de corps et d'esprit que toi !...
Tu nous manque.
Bises

sly 22/09/2012 01:03

Ok, excuses pour le retard ma semaine fût chargée.. au passage pour toutes les personnes qui ont le coeur en miettes sentimentalement, priez Sainte Pauline ! parole de Mr "RR"..

Camille, dépressive chronique 14/09/2012 20:22

Ouaich ben moi je go pas with the flow, je suis go avec une ambulance.
No more girlfriend, no more future, no more energy...

Et peut être un jour... No more faith?

Bref je serais bien venue et taper la discute, mais au final je ne suis pas morte.

-_-

sly 14/09/2012 01:50

Ouep, go with the flow... :)
vu les neurones qui me restent à cette heure si, j'ai bien compris ton résonnement, et ça m'fait bien penser que mon blog serait pi être pas pourri au niveau du journal intime si moi aussi je
faisais un lien vers overblog...
bref soit dit en passant.Je te souhaite bon vent à Montréal, au quabec au canada, tout les mediums le disent il y a une connection avec les guides beaucoup plus impréssionnante.. Tu doit
certainement encore avoir des chances oups lapsus choses importantes a vivre ici (tv) avant d'aller t'installer las bas.. se serait intéressant un article sur cette région et ton histoire
personnelle si cela n'est pas déja fait.puisqu'il n'ya pas vraiment de libre arbitre ou en tout cas, peu...le sujet est long..Toi même tu as du consulter des voyantes/mediums concernant ton futur
sentimentale?!..mais c'est une part d'intimité élevée il est vrai..pour en parler d'avantage ici.."Moi" j'ai ma petite idée sur ta vie sentimentale future...
et mon guide me dit d'arrêter la dessus.
bien à toi, bises
Sly

Alice Kara Medium 14/09/2012 06:26



Oui j'ai consulté des collègues :)


Pour les infos sur la vie sentimentale, ça peut m'interesser, on pourra voir ça sur facebook. 


Bises !



Yon 14/09/2012 00:55

Y'a pas de feuilles d'automne :p

Alice Kara Medium 14/09/2012 06:26



Ah ça c'est ballot ! hihihi



Tikwata 13/09/2012 23:50

Je me suis faite tirer les cartes il y a quelques semaines (tarot zen d'Osho) et la carte centrale était justement celle de "suivre le courant"...je reste donc confiante. Ton message le
confirme.
Pour cette rentrée, je me suis inscrite au yoga pour essayer de canaliser ou, enfin, de concrétiser et de calmer mes tribulations spirituelles. Et oui, je passe enfin à la pratique !! L'univers est
nous ... ça paraît si simple comme ça !!
Le bonjour aux québécois !!

lore 13/09/2012 21:39

merci, pour cette article, mais là, j'ai du mal à suivre le flow:(

Archives

À propos

La vie "presque" ordinaire d'une incorrigible provocatrice de sourires, agitatrice de consciences... Et ses tribulations !