Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 Apr

I can't get no... Satisfaction !

Publié par Alice Kara Medium  - Catégories :  #Apprentissages

 

Bonjour mes anges !!!

 

Aujourd'hui, je vais vous parler d'un truc que j'observe depuis quelques temps déjà. 

La frustration. (Rien que le mot fout la flipette non ? lol)

Qui n'en a pas fait les frais au moins une fois dans sa vie ? Levez le petit doigt de pied gauche ! (ou pas...)

La frustration, c'est le mental qui essaie de vous faire croire qu'il vous manque un truc, par des stratagèmes parfaitement orchestrés. 

"J'aimerais bien, mais j'peux point". 

C'est, je crois, l'un des plus grands fléaux qui existe dans l'illusion de la vie. Mais arrivé à un certain point, c'est fun. 

Je m'explique. 

Nous aimerions tous, avoir, être, ou faire plus. 

Nous voudrions être mieux dans notre peau, avoir un compte aux îles caïmans, épouser Monica Bellucci, ou un vampire qui scintille à la lumière du soleil. Et bizarrement, quand on regarde autour de soi, on voit tout autre chose. 

Plus on laisse la frustration s'incruster dans notre vision des choses, plus le manque s'installe, moins on se sent bien dans le présent, plus on se met à attendre un futur hypothétiquement meilleur, qui va bien finir par se pointer un jour. (Encore plus quand on va voir un voyant, et qu'il nous prédit des merveilles. Mouahahaha, private joke avec moi même !)

 

On reste sur cette frustration, on la laisse nous grignoter les petits bonheurs, et plus rien ne semble avoir de sens. 

Les spiritueux (où gens qui parlent de spiritualité, j'ai décidé de les appeler comme ça, moi inclue...) avec leurs belles paroles, nous disent bien souvent de continuer à croire en nos rêves de ne rien lâcher. 

Je suis bien évidemment d'accord, mais il y a un piège, celui de rester dans l'attente, de ne plus rien faire pour que ce rêve prenne vie. 

Il faut rêver grand, on a le droit d'espérer, de continuer de positiver sur l'avenir, bien entendu, cela ne fait de mal à personne, à partir du moment ou cela ne nous fait pas de mal à nous, en particulier. 

Ce sur quoi il faut essayer de ne pas mettre de focus, c'est la souffrance qui s'installe bien tranquillement, tout à côté de la frustration. 

Si l'on se concentre uniquement sur le manque de ce que l'on aimerait avoir, nous n'allons, parce que la pensée est créatrice, n'attirer que le manque, continuellement, et cela va s'étendre à tous les domaines de notre vie. 

Et la chaîne alimentaire du mental qui alimente le flux constant de nos pensées est sans fin. 

On manque d'argent, on le remarque, le manque s'installe, on expérimente le manque d'argent, les factures se cumulent, on prend des pv, puis, le manque d'amour, puis le manque de câlins, puis le manque des personnes qui ne sont plus là, puis le manque de gâteaux, puis le manque de soleil, puis le manque de santé, puis le manque de petits bonheurs, le manque de temps, le manque de bons films à la téloche. Et ne parlons même pas des embouteillages, dans lesquels vous resterez coincés pendant des heures ! Blablabla.

Tout vient, par le plus grand des miracles, à nous manquer. Et zou, on manque même de soi au final.

On se perd dans le manque. L'estime de soi se barre aussi.

Cela part d'un petit déclencheur, et se répercute partout dans notre vie. 

On se met à lorgner sur les réussites des autres, et cela crée en nous de la jalousie. 

 

La seule façon de s'en sortir, c'est de voir, d'observer et de mettre le focus du mental sur tout ce qui ne nous manque pas, sur tout ce qui se trouve en abondance dans nos vies. (On peut aussi se mettre une serviette hygiénique sur le front, pour absorber le flux de nos pensées négatives, mais ça marche moins bien lol)

 

Exemples :

Je n'ai pas d'argent, mais j'ai des idées. 

Je n'ai pas d'amour, mais je peux apprendre à m'aimer moi même. 

Je n'ai pas de câlins, mais j'ai des bras pour faire des free hugs. 

Je ne suis pas très entourée, mais j'ai facebook, y'a plein de gens qui sont seuls partout et qui n'attendent que moi. 

Je ne peux manger de gâteaux, mais je peux kiffer une assiette de crudités. 

Mon corps est faible, mais mon esprit lui, marche toujours à plein régime !

Je ne sais pas où se trouvent les petits bonheurs, mais je peux apprendre à les remarquer.

Y'a rien à la télé, ben menfoumentape, j'ai des DVD. (Ou le replay de Pékin Express quoi, aucune excuse avec le replay de nos jours ! lol)

Embouteillages ? Cool, j'peux me repoudrer le nez tranquillou, où bouquiner le dernier Christian Bobin que j'ai pas fini de lire au travail par manque de temps ! (Tout en respectant le code de la route hein !)

 

Tout prend un nouveau sens lorsque l'on se donne les moyens de voir différemment la vie. 

 

J'ai appris ça dans ma vie, lorsque je me suis retrouvée sans plus rien. Sans un sou, sans rien à manger dans mon assiette, je vivais avec 375 euros par mois, on était deux. 

J'ai appris ça aussi quand j'ai été alitée pendant 1 an suite à mon opération des pieds. J'ai passé des mois, des semaines et des jours à vouloir courir partout, mais je ne pouvais pas. 

J'apprends ça dans ma vie de tous les jours, continuellement. En ce moment, comme je prépare mon opération de l'estomac, je dois reprendre un rythme de vie "normal". Pas facile quand on est aux horaires québécois, en France. lol

Je fais 20 minutes de vélo matin et soir, ça me donne des douleurs attroces aux pieds, je pourrais hurler tellement j'ai mal parfois, mais je continue de pédaler, j'ignore la douleur, je ne lui laisse pas de place. Ok, elle est là, elle pourrait m'empêcher de faire du vélo, ça pourrait me servir d'excuse, mais je continue de pédaler. Je ressemble à un flétan tellement je transpire, mais je pédale. (Oui, je suis la reine des pédales ! Spéciale dédicace à Frigide Barjot :p mouahahaha !)

J'peux pas manger de chocolat, pas grave, je me suis mise aux graines germées. J'ai pas de problèmes dans ma petite plantation, c'est bon, c'est plein de vitamines, et ma balance me kiffe. (Sauf qu'elle se décharge toutes les 5 minutes, #viemaviedemédium ! Mais là aussi, menfoumentape, j'ai des piles rechargeables :p ) Mais là aussi, en voyant les chiffres apparaitre, j'voudrais avoir toujours moins. (là pour le coup, c'est ironique lol)

 

La frustration, si on ne fait pas gaffe, s'immisce partout, j'ai contacté des magasines pour mon livre, et tous l'adorent, mais ils ne savent pas où le caser. Trop drôle pour paraitre dans la rubrique spiritualité, trop spirituel pour la rubrique humour. Il est difficile de le "vendre" aux institutions, aux boutiques qui ont pignon sur rue dans la spiritualité et encore plus dans les boutiques ésotériques. Lorsque j'en ai parlé à mes guides, ils m'ont dit, "Ok, tu n'as pas les institutions de ton côté, mais tu as le public". 

Je leur ai demandé de me le prouver, et j'ai fait un petit test, j'ai été démarcher un supermarché avec mon livre en main. Ils vont le mettre en rayon. La responsable a adoré mon livre, elle l'a lu, et hop, bingo !

Si j'étais restée sur l'échec, sur la frustration de ne pas être reconnue par mes pairs, jamais je n'aurais pu envisager d'aller chercher là où le vrai public se trouve. Et puis avec le recul, ce n'est pas ce que je suis. Je suis une spiritueuse de supermarché, la voisine que tout le monde peut avoir, accessible à tout le monde, pas uniquement à un seul et même type de lecteurs. Ce livre est une partie de moi, il est simple, il va là où il doit être, en toute simplicité. 

Là encore, si je ne faisais pas gaffe, je pourrais me dire que c'est qu'un seul supermarché, local, et mon mental, si je le laissais faire, pourrait me dire "Mais tu veux plus !". Niet. Mon livre dans les rayons là où je fais mes courses toutes les semaines, c'est énorme. Y'a du thon Saupiquet, et à côté, du flétan Alice Kara. huhu ^^

C'est parfait pour moi. C'est abondant, déjà là. Et le reste, d'une, on y est pas encore, et de deux, ce ne peut être que du bonus.

 

Chaque lendemain est un bonus, que tout le monde n'a pas la chance de vivre. (ça, je l'ai appris en donnant des messages de personnes décédées qui auraient bien aimé vivre un peu plus.)

Chaque chose que l'on a, est un bonus, car tout le monde n'a pas la chance d'avoir quoi que ce soit. (ça je l'ai appris en Inde, en allant à la rencontre des gens qui vivent dans des bidonvilles.)

 

Le secret, c'est la gratitude. S'émerveiller de ce que l'on a, de chaque jour que l'on a l'opportunité de vivre, remercier je ne sais quelle énergie qui coule abondamment en nous, jusqu'à notre dernier souffle ici bas, chérir la vie et tout ce qu'elle contient. Remercier, c'est une façon de s'occuper le mental à rester dans le positif, de voir toutes les petites merveilles partout, de voir le beau, plutôt que le manque. Ce que l'on a, ce que l'on reçoit, plutôt que la frustration. 

Avec un peu d'exercice, j'en viens même à remercier pour la frustration. Je l'accueille, en moi, comme une pensée qui vient d'on ne sais où, de la personne qui je suis venue m'amuser à jouer dans cette vie, avec son égo qui tiraille vers je ne sais où, pour me faire aller à des endroits qui ne me ressemblent pas finalement. 

Si je peux le faire, vous le pouvez aussi. Vous pouvez vous débarasser de la frustration, en lui souriant, en la mettant là où elle doit être. Dans l'amour. 

Le tout est de la remarquer, pour ne lui laisser ensuite aucun crédit. Ne pas la laisser contrôler votre vie. Elle fait parti du mental, et vous n'êtes pas le mental, vous êtes l'amour. Et c'est dans l'amour que se trouvent les miracles. 

 

Chaque problème que l'on fait sien, c'est un problème que l'on attrape pour mieux se le mettre sur le dos. Car il ne suffit pas d'être mince pour ne pas être lourd ;) (Tiens, ça va devenir un "j'dis ça, j'dis rien" cette phrase là ! hop, sur le tome 3 lol)

 

Chaque frustration va en créer une autre si vous ne faites pas gaffe. Et rien n'ira jamais dans votre sens. Vous allez m'appeler pour une consultation, "Y'a rien qui va comme je veux !" (Dieu sait à quel point j'entends cette phrase tous les jours en ce moment ! lol)

Avec l'aide de mes guides, je vais vous mettre des coups de pieds au cul, vous allez me détester et en plus vous aurez payé pour ça. Par souci d'opposition, comme vous pourriez le faire avec papa maman, vous ferez tout le contraire de ce que je vous conseille, pour finalement, vous mettre à positiver parce que ça marche pas bien votre technique. ça sert à rien de passer par tout ça pour en arriver au même résultat que si vous le faites tout seul après avoir lu cet article. lol

(Bon, ok, si vous êtes gentils, après vous aurez droit à des câlins, mais bon, autant éviter tout ça d'entrée de jeu... lol)

 

La vie, c'est un buffet froid où l'on trouve de tout, mais si vous restez assis sur votre chaise sans vous lever, jamais vous n'aurez l'estomac plein. Il faut se motiver un peu le steak, et aller se servir. Le buffet n'attend que vous. Tout est présent en abondance, mais peut-être pas de la façon dont votre mental vous le donne en pature. Cela peut prendre d'autres formes, qui vous correspondent 1000 fois plus. Il faut faire avec ce que l'on a devant les yeux, pas avec ce qui ne nous est pas présenté sur la table, sinon vous ne serez jamais rassasié.

(Well, encore un futur "j'dis ça, j'dis rien" pour mon Tome 3, on ne m'arrête plus aujourd'hui ! I'm on fire !!! ça doit être les graines germées qui font effet lol) 

 

Bref, en conclusion, je vous glisse l'air de rien une de mes citations...

 

"Si tu n'as aucune idée de ce que tu veux, arrête de le vouloir ! Qui plus est, arrête de le vouloir maintenant tout de suite ! Si tu souhaites avoir "je ne sais pas quoi" tout de suite, tu obtiendras du n'importe quoi, et le n'importe quoi peut attendre demain." J'dis ça, j'dis rien, Tome 1.

 

Ne vous laissez pas faire par le mental mes anges, soyez le boss de votre cervelet d'humain.

Soyez des flétans heureux. 

 

@ Bientôt quelque part mes anges ;)

 

 

 

 

Commenter cet article

Chara 21/04/2013 23:48

Bonjour, et merci !
merci car votre article m'a ouvert les yeux sur ce que je vis actuellement. et si je savais qu'il fallait positivé, je n'en avais pas pris conscience... (étrange nuance, non ?)

Elwing 20/04/2013 18:44

Encore un article qui tombe pile poil pour moi !
Tu sais que t'es douée, toi ?!

Aline 20/04/2013 16:37

Excellent article Alice!
J'ai pas mal de mental dans le crâne que j'ai du mal à taire parfois, tellement présent que genre, je suis là en train de me débattre avec mes multiples parties et qu'à la fin, un des Aline finit
par dire "vos gue*les!" xD
Tu pédales alors que tu as mal au pied? T'es sadomaso ma chère! xD

Valérie 20/04/2013 11:44

Merci Alice, encore un voile qui se lève grâce à tes paroles.
Elle est insidieuse cette frustration.
Merci aussi pour ton article précédent. En quelques mots, il se résume à "l'amour n'impose rien".
Gros bisous ma Belle !

Sarah 20/04/2013 00:08

Lol génial toujours ;p

Archives

À propos

La vie "presque" ordinaire d'une incorrigible provocatrice de sourires, agitatrice de consciences... Et ses tribulations !