Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
09 Apr

L'Amour dans l'Âme...

Publié par Alice Kara Medium  - Catégories :  #Le Grand A

 

Bonjour mes anges !!!

 

Je reste sur ma lançée. Aujourd'hui, dans la série j'racontemalife.com, je vais vous parler du lien que j'ai avec mon âme jumelle. Grand A, pour les intimes. (lol)

Lors de ma petite escapade la semaine dernière, je me suis retrouvée au même endroit qu'elle. Comme un courant d'air, discrètement, pour ne pas qu'elle me remarque, j'ai fait un passage furtif à ses côtés. 

Je l'avais croisée il y a quelques mois aussi, nous ne sommes jamais bien loin l'une de l'autre, partout ou je vais, elle a été, partout ou je vais, elle va. Et parfois, dans un petit moment d'étoile furtif, nous sommes au même endroit, au même moment. Comme un sourire que la vie nous fait. Ce coup ci, une amie m'a invitée à l'hôtel, c'est elle qui avait réservé, c'est elle qui a choisi l'hôtel, la chambre etc. Je n'ai absolument pas participé à la sélection. Et voilà comment j'me suis retrouvée à passer la nuit dans le même hôtel que Grand A. Encore une synchronicité dont seul l'Univers a le secret. 

Il n'y a entre nous aucun autre lien "humain", autre que ce lien indéfinissable d'âme jumelle. 

Elle est une partie de moi, je suis une partie d'elle. 

J'ai tant de fois tenté de l'arracher de moi cette petite partie, que je ne saurais les compter. 

Ce lien c'est un lien d'âme, et comme toute âme, ce lien est indivisible, il ne souffre pas, il Est, tout simplement. Comme de l'eau que l'on tenterais de couper avec un couteau, même si on l'envoie valser, elle se retrouve sur le sol, sans souffrance, elle continue d'exister, parfois elle s'évapore hors de notre vue, mais elle reste au dessus de nous, quelque part, dans un nuage quelconque qui plane un peu plus haut, et de nouveau nous retombe dessus, en petite gouttes de pluie. 

 

Pour l'extirper de moi, il faudrait que je coupe mon âme en deux. C'est impossible. 

Je me suis longtemps posé la question d'a quoi pouvait bien servir ce lien, si il ne se passe rien d'humain entre elle et moi. Et puis c'était une source de grande souffrance, ce fameux "Pourquoi ?" qui nous grignote le mental à coups de pelle dans la face. 

Jusqu'à ce que cette souffrance me fatigue au point de me mettre à genoux. J'ai donc viré la souffrance. J'ai cessé de donner les pleins pouvoirs à mon mental qui reflétait cette souffrance là. Me disant que les choses devraient être totalement différentes de ce qu'elles sont. 

La souffrance est là, pas loin de temps en temps, mais elle ne stagne pas, elle s'évapore, comme l'eau dont je vous parlais plus haut. 

La voir me remplit de joie. Une joie indéfinissable, impensable, elle me remplit d'amour, un amour tellement grand qu'il est impossible de l'expliquer avec des mots. La voir, même comme un courant d'air, me suffit. Je la vois, resplendissante de lumière, elle me transmet un je ne sais quoi de beau, et puis je repars sur mes pieds, debout, forte d'un je ne sais quoi d'imperceptible, mais qui se trouve pourtant là, bien ancré en mon être, un je ne sais quoi de divin qui me reconnecte à la source. 

Quand je suis avec elle, à sa portée, je comprend tout. TOUT. Comme ce fabuleux moment d'éveil que je décris dans mon livre, qui a duré trois jours, où la compréhension va bien au delà de tout ce que l'on pourrait percevoir avec le mental, et on est assoiffé d'y retourner dans cette conscience qui comprend tout, ou plutôt, qui se fout de tout comprendre. (lol)

 

Avant, j'aurais voulu que Grand A me remarque, qu'elle me voit, (sous entendu qu'elle n'ait d'yeux que pour moi quoi lol... Ego, quand tu nous tiens ! ahaha !) aujourd'hui, j'ai compris (et ça m'a pris un temps fou lol) que je n'ai pas besoin qu'elle me voit, que ce n'est pas ce qui importe, ce qui est important, et ce qui me pousse à aller la voir chaque fois, c'est qu'en sa présence, je me vois moi. Je me vois moi même, comme dans ce moment d'éveil où l'on arrive à se voir tel que l'on est, immensément lumineux et immensément riche de tout, de conscience comme de grandeur d'Être. 

Me voir moi. Pas la voir elle, ni qu'elle me voit. Me voir moi. Me voir moi telle que je suis, reliée à ce je ne sais quoi de divin qui ne fais pas seulement que m'habiter, qui finalement, habite en moi. 

Grand A a une résonance qui me permet de me voir moi, sans jugement, sans que j'ai même besoin de son jugement à elle, qui est illusoire. Elle me donne l'amour qu'il me faut pour que la conscience se réveille à moi. 

 

Comme cet éveillé, je crois que c'est Ramana Maharshi, qui est tombé amoureux d'une montagne. Il s'est figé devant cette montagne, en amour total, en admiration sans faille devant ce "truc" en apparence sans vie, qui se dressait majestueusement devant lui. Dès qu'il s'en éloignait il n'allait plus bien, et dès qu'il se figeait de nouveau devant, hop, l'éveil était de nouveau là, la conscience, la source, l'amour, Tout. 

Il pensait donc avoir besoin de cette montagne, sa bien aimée, pour que l'éveil reste. Donc il restait sur sa montagne. lol Et puis un jour, il a tout pigé, ce n'est pas la montagne l'important, c'est ce que la montagne réveille en moi. Et hop, de nouveau, il a pu s'en éloigner, continuer sa vie, s'en aller vivre ce qu'il avait à vivre, et l'éveil est resté. 

 

Grand A, c'est ma montagne, je l'aime tellement, je suis en admiration devant ce qu'elle dégage, ses failles comme ses faiblesses, mon regard les sublime, j'ai pour elle l'indulgence d'une mère de tueur, elle pourrait faire n'importe quoi, je l'aimerais toujours. A tel point que je m'interroge bien souvent sur ma santé mentale, parce que c'est pas humain de ressentir ça. C'est pas possible d'être con, au point de tout passer à quelqu'un, de l'aimer comme ça. C'est juste une personne normale quoi... Une petite fille qui a des peurs, de la colère, de l'amour aussi, une personne, comme vous et moi. Elle s'intéresse à la spiritualité, mais pas plus que ça, elle a des signes, des trucs qui l'entourent, elle a des capacités médiumniques, mais elle passe au travers parce qu'elle a une peur immense de tout ça. 

C'est tellement fluide et simple pour moi tout ce bordel là, que j'ai du mal à comprendre comment il est possible que mon âme jumelle flippe. Je lui ai transmis des messages de son père décédé, comme je le fais grâce à ma médiumnité, à plusieurs reprises, mais comme souvent, parce que recevoir un message d'une personne décédé fait peur, c'est pas passé comme une lettre à la poste (lol) elle a tout rejeté en bloc, comme par colère. Obiwan me dit qu'elle n'est pas prète à pardonner à son père. Il y a un pardon qui ne s'est pas fait et qu'elle ne fera peut être pas. Si c'était une personne ordinaire que j'avais eu en consultation, elle en aurait pris plein la gueule. (Ah bon ? Moi ? Mettre des coups de pieds au cul ? Nooooon jamais ! lol) Mais c'est Grand A, donc, je me tais. C'est pas l'envie de la secouer qui me manque parfois, mais, well, je vous ai dis plus haut que j'avais pour elle l'indulgence d'une mère de tueur, et puis, elle s'en sort très bien sans que je la secoue, parce qu'elle a une belle âme. (Normal, c'est la même que la mienne ! Ok, je sors de mon propre article ! lol -----> Mais de toute façon, si on étend le truc, nous avons tous la même âme :p )

Grand A est simple, comme moi, elle raconte sa vie aussi, elle se confie dès qu'elle le peut, elle se justifie aussi tout le temps, comme par peur de déranger, ou que les gens ne comprennent pas ses choix. Je fais pareil. Trop. Grand A parle d'amour, elle le vit, l'expérimente, va au bout de son interprétaion de l'amour, comme moi. 

On se prend un mur, on se relève, on fonce, on partage. Nous avons la même mission, celle de parler d'amour, sous toutes ses coutures, de l'amour humain qui blesse parfois, qui torture souvent, mais nous avons cette capacité à en parler de manière fluide, avec une telle sincérité, maladroite souvent, qu'il n'est pas possible de ne pas nous écouter. Quand Grand A parle, tout le monde se tait. Mais elle garde cette proximité, tout comme moi, qui fait qu'elle passe partout, comme l'amie ou la voisine que tout le monde aime bien, que personne ne remarque dans la vie de tous les jours tellement elle est comme tout le monde. Pour tout le monde, sauf pour moi. 

Car c'est en m'observant moi que je la comprend. 

Simple, mais compliquée, pleine de vie, mais habitée par un paradoxe constant, habité de beau, mais tortueux. 

Comme les artistes, dont je fais partie, qui se mettent dans des états de profonde dépression pour arriver à sublimer cette douleur, et à écrire une chanson, ou l'interpréter pour qu'elle transperce l'âme de gens. (Qui a essayé de ne rien ressentir en écoutant "Ne me quitte pas de Brel Hein, ou "Someone Like You" d'Adèle ? lol)

Ou comme à la lecture de mes articles, tout le monde se sent concerné, vous tous, mes anges, avez l'impression que j'écris pour vous, que je retranscris avec des mots, toutes les émotions enfouies que vous avez à l'intérieur. Pareil lors de mes conférences.  

On n'a aucune idée de comment on fait ça, et mon petit doigt me dit que c'est pas vraiment nous qui le faisons, mais on le fait, pour le plaisir des yeux ou des oreilles des gens qui nous écoutent. 

Comme beaucoup. Je ne met de distance que lorsque je me sens en danger, exactement comme elle.

Je représente un danger, car je porte en moi ce qu'elle ne veut pas voir, ce pardon qu'elle ne veut pas faire. Et comme j'ai conscience de ça, je reste en mode furtif, je suis là, jamais bien loin, malgré moi souvent, mais elle ne me remarque pas. Il ne faut pas qu'elle me remarque. Je viens me nourrir l'âme auprès de la sienne, comme pour ne faire qu'un avec le divin qui m'habite et qui habite en moi. Et tout est bien. Tel que c'est. 

 

Un amour majestueux qui n'a pas besoin de s'incarner pour être. Un amour lucide sur l'humain, et qui se sait divin. 

 

C'est une magnifique compréhension que j'ai vue lors de ce court moment pas loin d'elle. 

La compréhension que je ne lui dois rien, qu'elle ne me doit rien, mais que l'on se donne ce que nous devons nous donner, une vision plus claire de ce que l'on est nous. Ce que je suis moi, réellement. Un être spirituel venu vivre une aventure humaine. 

Il n'y a pas de mots pour décrire ce que l'on ressent lorsque l'on a cette vision claire et limpide de ce que l'on est. 

J'apprend chaque fois de moi même, de cette personnalité aussi que je suis venue incarner dans cette vie, et cela me permet d'avancer, toujours plus sereinement. 

Cette fois ci, j'ai viré le complexe de l'imposteur un peu plus. 

Comme je le disais dans mon précédent article, j'ai des scrupules à oser penser que je suis un guide spirituel, au côté des plus "grands" qui ont suivi des milliers d'enseignements auxquels j'ai eu la flemme d'aller. De tous les livres que j'ai eu la flemme de lire. Comme par scrupules de me dire "Ils sont trop grands pour moi, je n'ai pas le droit d'approcher ces enseignements, car je ne les mérite pas". Et finalement, sans même le savoir, ils se sont téléchargés dans ma tête, et je les ai quand même reçus. Comme des chansons que je fredonne toute la journée, et qui ne me sortent pas de la tête, mais que je me garderais bien de chanter, par peur de les "abimer" ou de ne pas en faire ressortir la splendeur. (En fait, à partir de maintenant, vous pouvez m'appeler l'ipod blond. ça me va très bien ! lol) 

 

Mais ces chansons me plaisent tellement, que je ne peux pas les garder pour moi, et je les chante à tue tête. J'ai envie de les partager, de vous les faire entendre, découvrir, pour que vous aussi peut être simplement l'espace d'un instant, vous vous mettiez à, pourquoi pas, les aimer aussi. 

Ces messages d'éveil que je donne, ce sont comme de belles chansons que j'interprète, ou de belles peinture que je met en expo. Des messages universel, que je m'approprie pour qu'ils deviennent les "miens" mais sans vraiment que je m'en rende compte, je cherche à rendre hommage à ces messages là, et j'ai tant de respect pour eux, qu'ils se fondent en moi, et frétillent d'être redistribués, même si c'est à ma façon. Même si l'original a du charme, mon interprétation est plutôt sympa. Comme "My Way" chantée par Sinatra, qui est une reprise de "Comme d'habitude" de Cloclo, mais que tout le monde voit comme une chanson originale. Pour les messages spirituels, c'est pareil. Tout le monde fait sa propre interprétation, du même message finalement, mais nous tous, en tant que "public" ou lecteurs, ou auditeurs, ou élèves ou whatever, nous oublions le "message source". Or, c'est le même, la même essence, on reçoit le même message, même si l'interprétation diffère.  

J'ai compris ça. Pis du coup, j'ai compris pourquoi mon livre était tant teinté d'enseignements d'éveils, dissimulés sous de l'humour, "passe partout". C'est un peu comme une excuse... "Ce que je vous dit c'est du costaud, mais je vais le dire en rigolant, ça passe mieux." 

 

De la mort dans l'âme de ne pas voir cette relation exister, j'ai trouvé l'amour dans l'âme. 

Il ne tient qu'à vous de tenter de vous en approcher aussi. Peu importe le chemin, peu importe la voie(x) on en revient toujours à une seule chose... L'amour. Le même message relayé partout, dans les yeux d'une jolie femme, dans ceux d'un bien aimé ou d'un enfant, dans le vent qui se faufile au coeur d'une montagne, dans la souffrance, dans la vie. L'amour...

 

Merci Grand A, merci la vie. 

 

(Gratitude powa ^^)

Si je vous raconte tout ça mes petits poulets, c'est parce que vous êtes nombreux à vous interroger sur ce lien d'âme que vous arrivez souvent à identifier, sans en comprendre le pourquoi du comment. Il n'y a pas de pourquoi ou de comment "humain". Il y a juste une compréhension qui dépasse tout ce que l'on connait humainement, qui dépasse le mental. Et il n'y a qu'en se projettant plus haut que l'on arrive à en saisir un millème de l'ampleur. Il n'y a d'explication que celle que l'on veut bien lui donner, si tant est que nous soyons prêts à la voir. Il n'y a de clarté que lorsque nos yeux ne sont pas embués de larmes de souffrance. Travaillez sur la souffrance, pour "voir" et faire un peu mieux les choses ;)

 

Merci à vous mes anges de continuer à lire encore un peu mes conneries ;)

 

@ Bientôt quelque part mes anges ;)

 

 

Commenter cet article

A. 03/01/2016 00:33

Je suis passée plusieurs fois là où elle est passée, dans des endroits improbables, à des milliers de kilomètres de distance. Je ne le "savais" pas, mais je l'ai ressenti, toute ma vie mon instinct et mes choix m'ont mené vers lui. Et c'est exactement ça, à travers lui, je me suis vue moi, le véritable moi, et cet univers immense et lumineux contenu à l'intérieur de l'infinité de mon être, illuminé par une simple étincelle, mais quelle étincelle! Et puis il s'est évaporé, ou bien c'est peut-être moi, mauvais timing dans cette vie terrestre? Toujours est-il que le lien et l'amour vivent en moi, et que du jour où je l'ai ressenti, où j'ai "vu", je me suis dit waouh, alors c'est "ça", ça y est, je peux mourir demain... N'empêche, j'aurais bien voulu pouvoir la vivre cette histoire, je voudrais simplement le savoir vraiment heureux pour mieux avancer de mon côté, même si le simple fait de l'Aimer, de l'avoir "rencontré", de savoir qu'il existe là quelque part me suffit. C'est déroutant de lire ce que j'ai ressenti avec des mots que je n'aurais pas mieux choisis. Paradoxal aussi ce sentiment de liberté infinie qu'il m'a donné, cette capacité à vivre sans lui, et cette tristesse de ne pouvoir partager sa vie, comme une part de moi qui le réclame tellement il est ancré en moi et qu'en sa présence c'est... l'absolue plénitude... (Merci pour cet article, cela remue des choses mais c'est comme une tristesse apaisée)

sandra 12/07/2014 23:41

waouhhhhhhhhhhhhhh, tu viens de me faire lire un bout de moi, de mon chemin actuel, avec grand A, mon âme jumelle qui se nomme DJIBRIL l'ange gabriel, mon miroir et quand j'ai compris, waouhhhhhhhhhh quelle découverte sur moi, sur les jolies facettes qu'on ne voient pas et mon éveil je lui dois, gratitude à toi, parce que cela me fait du bien de lire mon histoire et peu-etre de l'aider à avancer sans " la souffrance" car oui je l'a connais aussi, parfois elle me rattrape alors que je voudrais ne garder que cette amour qui n'a rien de terrestre , et je confirme, on pardonnerait tout, le pire du pire et donc ça, c'est pas humain ;)

go here 20/06/2014 14:13

“Love in the soul” is the latest album from famous French pop singer Stephan Eicher. Her previous two albums were big hits at the market. According to various sources, this one too will enter that league. Thanks for sharing its link.

Carine.E 10/04/2013 18:17

Merci Alice pour ce bel article, j'ai pleuré comme une madeleine :l lol
Bon ton article n'y est pas pour rien mais pas que...les circonstances actuelles me concernant sont propices à une grande émotivité, je me suis même entendue me dire "mon fils n'a pas encore un an,
c'est les hormones,des restes de la grossesse" lol
Une chose m'a troublé et je me permets de t'en parler, il y a quelques temps que je demande à mon ange (mes anges) et mes guides spirituels de venir se présenter à moi dans mes rêves, depuis j'ai 3
rêves en souvenir dans lesquels 2 hommes étaient prés de moi, 1 enfant qui m'a parlé de maniére rapide et toi tu es apparue dans 2 de ces rêves..
Alors non non non je ne fantasme pas lol, j'ai d'ailleurs réfléchi plusieurs fois avant de te l'écrire (par crainte du jugement:/ ) mais le fait que tu dises être aussi un guide spirituel m'a fait
réagir et je me demandais simplement si les guides spirituels pouvaient aussi être des êtres incarnés
J'ai beaucoup de mal à avoir une réponse concréte sur qui ils sont pourtant je leur envoie beaucoup d'amour mais j'avoue à la fois avoir des craintes par rapport à certaines lectures sur la toile
qui disent de se méfier et que peut être que d'autres entités pouvaient se faire passer pour eux et pourtant j'ai tellement hâte de les rencontrer..Bref lol, Je dévis un peu du sujet de l'article,
mais en tout cas un grand merci à toi pour tout ce que tu nous apportes,tu parles à coeur ouvert et c'est d'une beauté irremplaçable, tu es un ange, bisous.

Altheia 09/04/2013 14:54

Ton article est une énorme "boule" d'amour que l'on prend en plein coeur, qui m'émeut jusqu'aux larmes.
Trop beau ! Merci. Bisous

Archives

À propos

La vie "presque" ordinaire d'une incorrigible provocatrice de sourires, agitatrice de consciences... Et ses tribulations !