Visiteurs

  

<!--************CODE GEOCLOCK************-->
<script type="text/javascript" src="http://geoloc14.whoaremyfriends.com/private/geoclock.js?compte=685889578935"></script>
<noscript>
<a href="http://www.geovisites.com/fr/directory/societe_paranormal.php?compte=685889578935"  target="_blank"><img src="http://geoloc14.whoaremyfriends.com/private/geoclock.php?compte=685889578935" border="0" alt="paranormal"></a>
 
<br>Please do not change this code for a perfect fonctionality of your counter
<a href="http://www.geovisites.com/fr/directory/societe_paranormal.php">paranormal</a>
</noscript>
<br><a href="http://www.geovisite.com/fr/">mon compteur</a>
<!--************END CODE GEOCLOCK************-->
 

Publié par Alice Kara Medium

alice-20blog-20mai-203h.jpg

 

Bonjour mes anges !!!

 

Une question qui revient souvent lors de mes séances de coaching médiumniques, concerne le fait que l'on se sent fatigué, épuisé après avoir fait une voyance, ou après avoir aidé une personne.

 

Je ne suis jamais fatiguée. En fait, après une voyance, au contraire, je suis chargée à bloc.

Je vous l'accorde, j'ai une armée d'âmes derrière moi qui me recharge en énergies.

Mais même sans ça, peu importe ce qu'il s'est dit pendant une consultation, et peu importe ce qui en est ressorti de bon ou de mauvais, je ne conserve aucune énergie qui pourrait me fatiguer ou m'atteindre.

En consultation j'entend et je vois très souvent des choses qui pourraient m'affecter. Des viols, des agressions, des personnes entourées de négatif, des personnes blasées, en dépression, des personnes perdues. (Bon il y a des gens qui vont très bien aussi quand même... lol)

Je vois aussi des personnes stréssées, qui ont tout perdu, qui sont très malades. 

Je compatis profondémment. J'ai moi aussi connu la douleur, j'ai moi aussi tout perdu à un moment de ma vie, j'ai moi aussi connu le stress, la colère, l'envie de partir. Tout ce que j'ai vécu dans ma vie m'a permi de comprendre et de ressentir tout ce que les personnes qui viennent jusqu'à moi ont vécu. 

 

Mais pour aider les autres, il ne faut pas prendre leur douleur. On aimerait avec nos petits coeurs d'artichauts et parce qu'on est profondémment humain, porter toute la douleur du monde sur nos épaules pour soulager les autres. 

Mais ce n'est pas comme cela que l'on aide.

On ne peut pas non plus laisser les gens dans la galère... Mais on ne peut pas faire les choses à leur place.

Je dis souvent qu'en lecture, je ne donne que des clefs pour que les gens trouvent des solutions par eux mêmes.

Je ne fais rien de miraculeux. Je classe simplement les petits dossiers du mental pour leur révéler ce que dit leur coeur. Ce coeur que j'ai grand ouvert et qui me permet de voir différemment la vie.

 

Lorsqu'un ami vient à nous le coeur en mille morceaux, qu'il pleure. Est t'il bon de pleurer avec lui pour partager sa peine ? On peut le faire, mais cela ne dure qu'un temps, cet ami ne sera pas soulagé. Si au contraire on l'écoute et lui parle en mettant en lumière du positif dans la situation qu'il vit, si on l'aide à changer son regard sur les choses, on lui donne un sourire qui n'a pas de prix.

 

La plupart des gens qui sont venus me voir m'ont dit "Je n'aurais jamais cru que je pourrais rire de ça".

Le rire libère. Le rire enlève les poids que l'on porte depuis trop longtemps sur nos épaules.

 

Je suis capable de rire de tout. Je ne me moque pas, bien au contraire, je saisis la beauté en toute chose. Dans l'instant.

 

J'ai même ri la nuit dernière avec une femme décédée après avoir pri 28 coups de couteaux. C'est parce que nous avons ri ensemble qu'elle a passé la lumière. 

 

C'est parce que je suis détachée que j'arrive à trouver pour vous la beauté en toute chose. Parce que je suis l'aigle qui survole la fôret. Et non le petit lutin qui court entre les arbres. J'ai grâce au détachement une vision "d'ensemble", avec du recul, et ce sont les réponses que vous venez chercher quand vous venez jusqu'à moi pour la plupart d'entre vous. 

 

Je ne parle pas au mental des gens, je ne me fie pas à ce qu'ils me disent, ou uniquement en surface, je me fie à ce que leur âme me dit. L'âme est neutre. Tout comme moi. Et l'âme ne souffre pas. 

 

Nous sommes comme des rivières, en surface, l'eau est malmenée, elle vit des courants, mais au fond de l'eau, elle est calme et sereine. C'est ce "calme et serein" que je vais piocher et chercher chez les autres. Ce n'est pas la surface. J'arrive comme cela à montrer aux gens que la surface a beau être malmenée, il n'est rien de plus beau que de regarder une rivière qui s'écoule, admirer l'eau et son immensité qui caresse, même violemment, les pierres.

 

Si après avoir aidé quelqu'un vous vous sentez fatigués, c'est parce que vous ne vous êtes attardés que sur la surface. 

 

Aimer et aider, c'est avoir le coeur grand ouvert. C'est aller trouver ce petit bout de paradis à l'intérieur de nous tous, en soi et chez les autres, en ayant les bras grands ouverts pour accueillir la beauté. En toute chose. C'est se détacher peu à peu du négatif pour voir avec son âme. Aller y découvrir des trésors, qui ont toujours été là. 

 

Aimer, c'est être présent.

Aider, c'est offrir cette présence aux autres, pour qu'à leur tour, ces autres puissent Être présents. 

 

@ Bientôt quelque part mes anges ;)

 

 

 

Commenter cet article

Camille 23/05/2011



Ou alors... qu'on s'attarde ou non à la surface... certains pompent.


Sluuuurp, ils aspirent notre énergie, comme si ils en avaient besoin, et ne savent même pas utiliser ça pour aller mieux (bah non, ça marche plus ça). 


D'ailleurs y a des gens qu'on ne cherche pas à aider qui font ça directement. Pouf. T'as plus d'énergie, rien que pour les avoir côtoyés 15 minutes. Et je dois le dire... c'est fort peu pratique!



Ananas 23/05/2011



C'est très beau ce que tu écris... vraiment ! Et en lisant tout ça, je ne peux m'empêcher de penser à ma petite grand-mère chérie, partie il y a 8 ans maintenant, et qui aimait et donnait
sans retenue ! Je sais qu'elle a du monter tout droit au Paradis sans passer par la case "purgatoire" car c'était un véritable petit ange (si un jour tu la croises, elle s'appelle Maythé
) ! Je n'ai hélas pas hérité de cet amour et de ce don d'aider... les épreuves de la vie ont fait que j'ai maintenant une
carapace qui ne me permet pas de laisser aller les sentiments ! Je t'envie pour ce don... bises.



Florence 23/05/2011



Merci Alice pour ce billet. En particulier pour cette phrase:


Si après avoir aidé quelqu'un vous vous sentez fatigués, c'est parce que vous ne vous êtes attardés que sur
la surface. 



ayava 23/05/2011







nathalie 23/05/2011



super beau , merci Alice



Camille 24/05/2011



Alors si tu as une astuce anti-pompage... je suis preneuse!


(j'essaie tout, et y a rien qui marche)



Nya 24/05/2011






Coucou :)  ton texte me parle beaucoup :) je comprends mieux le pourquoi du comment  bisou Alice, passe une
bonne journée :)


 



Source 24/05/2011








Source 24/05/2011



LOL j'ai du encore faire un pavé et mr'sieur blog il veut pas hihihihi


je disais donc (ouf heureusement que javais corriger pour copier mes fautes LOL, mm si dois en avoir une tonne... m'enfin bref)



Source 24/05/2011










Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog