Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 Jan

Le matériel, des matériaux.

Publié par Alice Kara Medium  - Catégories :  #Apprentissages

Bonjour mes anges !!!

 

J'avais envie de commencer les "hostilités" pour mon premier article de l'année (Qui arrive tard, je sais ! Les prévisions 2014, ça compte pas lol) avec un sujet qui revient de plus en plus en ce moment dans les questions que l'on me pose. 

 

Je vais vous parler de ce sujet tabou qu'est "le matériel". Toutes ces choses que l'on accumule tout au long de notre vie, parce qu'on est humain, parce que comme tout le monde, on paye des factures, on remplit les poches de l'état, on râle parce qu'il faut aller bosser, on veut une télé dernier cri, on veut une voiture, on veut une barraque pour élever des nains qui braillent dedans. 

 

Alors, la grande majorité de mes confrères et autres consors de la spiritualité religieuse (véhiculée par des milliers d'années de blabla "ça c'est mal et ça c'est bien, donne des sous dans la boite steuplé") vont vous dire que le matériel, c'est mal. Très très mal. Que quand on est médium, ou quand on veut être spirituel, il faut se débarasser de tout ce qui encombre le passage, et qu'on doit porter des guètres trouées pour être fashion. 

J'sais pas vous, mais moi les guètres trouées, j'en ai, et ça va bien un moment, mais les trous, ça laisse passer le vent glacial et ça donne froid aux miches. 

(surtout en ce moment, vu que je perds des kilos à la vitesse de la lumière, j'vais pas me racheter une garde robe, du coup je met des vieux trucs troués et trop grands, j'ai l'air d'un sac, menfoumentape.)

Même les types qui vivent reclus et en marge de la société sont em***dés par tout un tas de choses matérielles. (La yourte fuit, mazette ! Allons chez Castoche !)

 

Le fait est que, dans la société actuelle, peu importe ou l'on vit, on est obligé de se plier à certaines règles, et ces règles ont toutes un attrait non dissimulé pour l'argent. 

Vivre, ça coûte du pognon. Et avec du pognon, on peut acheter des choses qui nous facilitent la vie. Ne serais-ce que nous permettre de payer le loyer d'un HLM tout miteux comme le mien. 

Du coup, bien naturellement, on se met à chérir tout ces petits trucs qui nous aident à mieux vivre (moi je sais pas vous, mais je bénis celle (parce que c'est une nana, ouais !) qui a inventé le lave vaisselle, on peut s'en passer, mais avec, c'est quand même super chouette !)

Et comme "la bienséance" veut que l'on ne doit pas chérir ni aimer le matériel, on se culpabilise. On ne dit pas à ses voisins combien on gagne, on sait jamais, des fois qu'ils nous envient et veulent nous voler du gazon... Et tout devient tabou. 

 

Mais il faut être réaliste. Tous, humains que nous sommes, si on pouvait avoir un peu plus de thunes, on cracherait pas dessus. Mais comme on n'a pas trop d'opportunités pour en avoir plus, on se contente de ce que l'on a. (ça c'est plutôt futé et salvateur) tout en gardant l'espoir que peut être un jour, il y aura un miracle, et qu'on ne devra plus compter les pièces en cuivre dans notre poche. 

 

Humains nous sommes, humains nous resterons. Après tout, on est là pour ça. Sinon ce ne serait pas aussi drôle. 

 

L'idée souvent fausse que l'on se fait du matériel, c'est qu'il va être un frein à l'évolution spirituelle. 

Faux. Satyam Nadeem (auteur de "De la prison à l'éveil") éveillé parmi tant d'autres, était pété de thunes. Proprio d'une coline à Hollywood s'il vous plait, c'est pas donné à tout le monde. L'éveil ne l'a pas dépouillé de sa fortune. Il l'a dépouillé de son attachement au bonheur qui ne découle que des biens matériels. 

 

Si vous arrivez à être heureux ne serais-ce que quelques secondes sans avoir besoin de quoi que ce soit, c'est bonnard !

S'il vous faut par contre toujours plus de trucs pour être heureux, alors vous ne trouverez jamais le bonheur. 

 

"Chercher le bonheur dans les choses matérielles, c'est comme se scotcher des jambons beurres sur les cuisses" J'dis ça, j'dis rien, TOME 2 (Oui oui, il va bientôt sortir, je sais pas quand mais j'y travaille ! arrêtez de me poser la question en mp lol)

Le bonheur est intérieur. Mais cela ne veut pas dire que l'on doit absolument se séparer de tout ce qui agrémente la vie au quotidien. 

 

J'ai eu une wii U à noël. Je n'ai pas encore trouvé le temps de la brancher, mais j'ai été super contente de ce cadeau du papa nowel. Suis-je plus heureuse avec ? Réellement non, mais je kiffe l'idée de me dire que je vais pouvoir passer de supers soirées avec les copines à jouer avec mon nouveau joujou. (Et à s'envoyer la wiimote dans la face, entre autres, je suis un danger public quand je joue au tennis lol)

Si je n'avais pas eu de Wii, avec les copines, on ne se laisse pas aller, on aurait fait d'autres trucs, qui coutent pas un centime, c'est tout aussi bien. Mais l'Univers (ma mère et ma chérie en fait lol) m'a amené une Wii. J'vais pas cracher dessus en disant "Ah ouais non, une wii c'est tellement surfait !". Je suis un mioche, j'ai des sabres lasers et une wii, et ça m'éclate. Shoot me. 

 

Le truc, c'est que mon bonheur ne dépendait pas d'avoir ou non une Wii. C'est un plus. Si je n'en avais pas eu une, je n'aurais pas fait de dépression. 

 

Je prend la wii comme exemple tout con, mais cela s'applique pour tout dans la vie. 

 

Le bonheur ne dépend pas des choses que vous avez pour vous amuser ou vous faciliter la vie. Le bonheur dépend de ce que vous en faites. Le bonheur dépend de vos réactions avant tout. 

 

Je connais tout un tas de gens qui ne se pensent heureux que lorsqu'ils ne manquent de rien. Mais l'idée même de vouloir manquer de rien les rend malheureux. Parce qu'il y a toujours quelque chose qui leur manque. 

Quand ce n'est pas une wii, c'est une nouvelle voiture, c'est un nouveau frigo, c'est de nouvelles fringues, qui une fois achetées ne serviront qu'une fois. 

Vouloir des choses, ou plus de confort, ce n'est pas grave, bien au contraire, c'est humain, et nous sommes là pour ça, (c'est le principe de l'incarnation ici, être humain, y'a rien d'autre de spécial à faire) ce qui l'est en revanche, c'est de laisser reposer tout notre bonheur sur des aquisitions matérielles. Ou du conditionnel "Si j'avais ça, je serais plus heureux". 

Il faut tenter d'être heureux ici et maintenant, sans que votre bonheur ne dépende de quoi que ce soit si ce n'est de vos pensées. 

Vous pouvez contrôler vos pensées, ou en tout cas, vous avec le potenciel de ne pas vous laisser diriger par elles. L'aspect matériel de la vie n'est absolument pas contrôlable. 

Et le manque de contrôle est l'un des facteurs qui nous éloigne le plus du bonheur. Il est la source de nombreuses angoisses, de nombreuses désilllusions, il met des attentes partout, et n'est jamais satisfait. 

 

Vous pouvez désirer tout ce que vous voulez. Vous pouvez mettre la barre très haute, vous pouvez rêver à n'en plus finir, avoir des rêves plein les poches, vouloir obtenir tout et n'importe quoi, à partir du moment ou votre bonheur ne dépend pas de vos rêves. Il faut que vos rêvent y participent, bein entendu, mais qu'ils n'en soient pas la source uniquement s'ils se réalisent ou si vous obtenez satisfaction. 

 

Le matériel doit rester un "matériaux". Un "matériaux" une matière première qui va vous permettre de vous éclater plus encore. D'accéder à vos rêves pourquoi pas. D'aller à la découverte du monde, en passant d'abord par votre monde intérieur. Enrichir le dedans, pour mieux chercher ensuite à enrichir le dehors. Tout autant de choses qui vont vous permettre de construire pas à pas votre bonheur intérieur. Car le matériel permet de construire. Mais les constructions, tout comme la vie, sont inconstantes, elles peuvent, à l'image d'un chateau de cartes, s'écrouler du jour au lendemain. 

La structure de votre bonheur intérieur elle, est solide. Inébranlable. Seul l'aspect matériel peut l'ébranler si vous le laissez faire. 

Si vous ne vous laissez pas faire, il ne reste que le bonheur. Cette structure de bonheur intérieur vous permettra de vous relever de toutes les situations possibles induites par la perte de choses matérielles. 

 

Le matériel est remplaçable. Votre bonheur ne l'est pas. 

 

Il existe 10 000 façons de reconstruire des choses matérielles, même quand tout semble foutu. 

Il n'existe qu'une façon d'entrevoir ces 10 000 solutions. En ouvrant les possibles. En ne vous fixant pas les idées sur une seule solution. Entrevoyez tous les possibles, et n'oubliez pas que l'Univers, même s'il vous semble en sourdine par moment, a toujours un tour dans son sac pour vous donner toutes les clefs qui vont vous permettre d'être heureux. 

 

Plus vous allez être atteint par la perte de choses matérielles, plus il va vous pousser à perdre, quitte à ce que cela semble être de votre faute. 

Moins votre bonheur dépendra du matériel, plus vous allez être heureux et plus vous allez attirer à vous des choses qui vont venir l'agrémenter. 

 

Il suffit de modifier votre regard sur les choses, et de cultiver vos matériaux pour en faire des trésors. 

 

Donnez un piano à un mec qui a déjà tout sauf de la joie, il n'en fera pas grand chose. Donnez un piano à un gamin qui n'a rien d'autre que sa joie de vivre... Il va en faire une boite à musique. 

Et ça va donner ça : 

 

 

Je vous souhaite à tous une belle journée. 

 

@ Bientôt quelque part mes anges ;)

 

Alice Kara

 

 



Commenter cet article

Amandine 03/03/2014 20:39

Coucou petit Lou !!

Je prend le temps de te lire et d'apprécier cet article criant de vérité. Il y a en effet une confusion dans l'idée que l'on se fait du "dépouillement". L'idée n'est pas de rejeter la vie
matérielle et de finir a woualp au sens tangible du terme pour être mieux dans ses pompes mais de laisser aller les bobos intérieurs, de leur faire des câlins, de se libérer de nos pensées
limitantes et d'accueillir la vie (qui est abondance)... Accepter de donner autant que de recevoir... L'argent aide à faire, à construire... Pourquoi le vampiriser? C est une énergie qui doit
circuler librement  au même titre que l'amour d'ailleurs. Tout dépend de la mise en action, de ce que l on en fait, en fait ;-)
Humains, soyons honnêtes, nous avons besoin de confort et c est très bien... 
Mais attention aux illusions, ce n est pas le confort qui nous enlèvera notre sentiment d'insécurité... Le sentiment découle de l'état intérieur, il faut donc chercher ailleurs!
- utilisons le matériel comme une ressource pour faire, agir sur notre vie... Pas de peur de gagner ou de perdre juste le désir de vivre et d'accomplir et c est tellement chouette! 
La vérité est que l on nous demande pas de rejeter les plaisirs terrestres et matériels, ni de s'en servir comme alibi, de faire valoir, des "matériaux de remplissage" pour tourner à vide.

Je fais depuis qq temps face à ma propre misère :  dispersion des responsabilités, désir d'aimer et incapacité de l'atteindre, éclair qui illumine le cœur et longs moments de doute et
d'incertitude, lentes maturations qui paraissent ne jamais arriver à terme. La vie est d'abord une expulsion: couper le cordon, quitter les rêves faux, les nostalgies, les mirages, larguer les
amarres, les regrets, les douleurs. Quitter la "vieille peau": c'est le véritable dépouillement. 

Finalité on peut être péter de tunes et être riche de cœur tant que l on a le courage d'affronter sa propre vérité. (L'important ce n est ni les lamentations, ni les explications, mais la
transformation)
Avec tout ça la vie devient un vrai panard!!! J assume ce que je dis parce que c est VRAI

Le matériel, des matériaux ouiii
Raisonne en moi le mot comportement, soyons toujours vigilant au sujet de notre comportement. Ce n est pas l argent le problème, c est ce que nous en faisons qui peut en devenir un... et on peut
étendre cette réflexion à toute chose... Tous les grands bâtisseurs l'ont compris ;-)

Ce que j' apprend en ce moment (petit samouraï deviendra grand: bonzaiiiii !!!)

ce chemin a t il un cœur? S'il en a, le chemin est bon, s'il n en a pas, il n est pas forcément mauvais mais d'aucune utilité. Il y a trop de choses à réaliser pour laisser ta lumière s'obscurcir.
Coupes tes entraves, gères mieux tes pensées! tu es sur la bonne voie, pourquoi tu trembles? Ouvre toi, encore! (double salto arrière!!! pan, petit coup de pied au cul MÔMAAAN!!!) 
Tu construiras le bonheur si tu le désires "sois comme l oiseau posé pour un instant sur des rameaux trop frêles, qui sent plier la branche et qui chantent pourtant, sachant qu il a des ailes"

Bises les filles!! Tendresse

Isa 07/02/2014 10:56

Coucou !

c'est exactement mon point de vue !! je vais me demander si j'ai pas atteint un certain niveau de sagesse ?? ... ouf non , je suis encore à la rue concernant le fait de baser mon bonheur sur ce que
j'ai à l'intérieur ...j'attends encore trop d'amour autour de moi et que ça ne viendra peut-être jamais ...

Patricia 03/02/2014 21:27

Je partage complétement votre point de vue. Merci pour votre blog drôle et profond en spiritualité tout à la fois. Merci pour votre lumière. Patricia

Biche 03/02/2014 18:10

Toujours pour Canelle et les autres ! :)

No milk today (Herman Hermits)

Biche 03/02/2014 10:18

Je me permets de remercier Canelle !
Bien à vous

canelle 01/02/2014 10:41

Bonjour Alice,

je viens de voir le partage d'un statut que tu as mis sur ta page Facebook.
Je comprends ce qui est écrit, ayant moi-même ce type de capacités, et qui se sont développées dard dard depuis 3/4 ans, je comprends ce côté 24h/24, dispo, ça doit marcher comme une machine etc.
...
Je ne fais pas de consultations comme une pro, je rends service à des proches ou des gens, qui savent, où se doutent...
Magnétisme en plus, et hop...
C'est dur de mettre des limites, dire non, quand on vaut aider, au plus profond de soi, quand on a soi-même souffert et eu de l'aide mais aussi des mains non tendues, du coup, on veut aider...
Mais quand je lis ce post, je me dis 2 choses :
cette médium ne sait pas dire non, mettre des limites (et je pense que c'est aussi ce qui va s'apprendre en 2014 ;) )
et ne pas se prendre pour Dieu... (Si si!!!) L'humilité s'est prise une claque quand même... Si on n'aide pas une personne, qu'on ne peut pas, c'est qu'on n'est pas celle qui pourra le faire. C'est
tout...
Et si la personne agresse en retour, c'est que c'était uniquement du vampirisme énergétique, parce que, si elle trouve quelqu'un d'autre lui apportant cette aide, elle t'ignorera après. Donc ça
n'est pas toi qu'elle cherche, c'est ton énergie qu'elle consomme et elle est centrée sur elle-même,
tout ça pour te dire : elle ne sait pas dire non, la petite dame, et si elle continue, elle va "péter les plombs "physiquement" aussi!
Je t'écris ça ici, car je ne voyais pas trop par où passer pour te dire ça.
Nb.: ça n'est pas un jugement, attention, juste, surtout, no culpability, si tu ne peux pas, qu'ils aillent voir ailleurs. Si on t'agresse, c'est qu'on a rien compris, et que ces personnes ne sont
pas pour toi, même des clients pour des consultations, qu'en penses-tu?
Se délester des poids, voilà, le truc...

Bonne journée à toi!

Biche 30/01/2014 19:31

Pour les personnes en grande souffrance psychique car conscientes qu'elles souffrent de la maladie d'alzheimer ou de graves troubles de la mémoire :
vous pouvez écoutez la chanson de France Gall "RESISTE"

Alice, je viens de voir sur ton facebook un texte faisant référence à la maladie d'Alzheimer... Hier, dans ma banque, j'ai rencontré la mère d'un copain de lycée qui m'a reconnue et expliqué
qu'elle souffrait de troubles de la mémoire et qu'elle suivait un traitement probablement inefficace. Je l'ai ressentie en grande souffrance. J'ai constaté qu'elle me prenait visiblement pour ma
mère avec une confusion totale des générations : âge des fils, petits fils etc. Elle ne savait plus pourquoi elle était là, puis s'est souvenue... A retiré de l'argent au distributeur, est partie
pour revenir en me disant qu'elle ne se souvenait plus si elle avait pris ses billets. Elle ne retrouvait plus son porte monnaie... Je l'ai ressentie en très grande souffrance, son monde n'étant
plus le notre...
L'employée du guichet très compatissante m'a dit qu'ils étaient inquiets pour elle et que le nécessaire avait été fait avec le fils de cette dame qui n'habite plus dans la même ville que sa mère en
grande souffrance psychique.
Le hasard encore une fois...
Bisous Alice

K@t 27/01/2014 23:23

Et comme dirait le célèbre philosophe Balou: "Il en faut peu pour être heureux, vraiment très peu pour être heureux. Il faut se satisfaire du nécessaire..."

C'est mon leitmotiv pour avancer en ce moment.

Bisous jolie blonde.

Sébastien 27/01/2014 14:20

Article qui tombe à pic, avec la course à l'étalage de "spiritualité" bisounours sur internet et de ses règles de "bienséance".

PS: Merci pour la vidéo, Elias made my day !

Edith 27/01/2014 13:59

Tout à fait d'accord, la matière est un jeu et il faut en jouer, c'est amusant, tout en étant heureux même sans, il y a tellement de possibilités.
Ca me fait un peu penser à mon job, bourré de matériaux et de recherche de prestige, mais moi je m'en tape, je suis là pour jouer dans le bac à sable en apprenant, ça me fait rire :-) J'aime bien
ton idée de matière première lol
Bisous

Archives

À propos

La vie "presque" ordinaire d'une incorrigible provocatrice de sourires, agitatrice de consciences... Et ses tribulations !