Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 Dec

Le suicide, vu d'en haut.

Publié par Alice Kara Medium  - Catégories :  #Apprentissages

Bonjour mes anges !!!

 

Aujourd'hui, je me dois d'intervenir ici, suite à beaucoup de questions qui me sont posées sur le suicide. 

Avec l'approche de la fin du monde (oh my gosh !!! C'est demain !!! lol) beaucoup de gens m'ont fait part que des personnes ont "prévu" de mettre fin à leurs jours en ce 21 du mois de décembre. 

Des personnes ayant adhéré à des "courants spirituels" notamment, souvent en rapport avec des croyances bien ancrées ces derniers mois, au sujet d'une ascension qui devrait avoir lieu, et que seule la mort pourrait permettre. 

 

Vous vous en doutez, pas la peine d'en faire un article de plus, je n'adhère absolument pas à ces courants là. 

 

L'ascension elle est uniquement dans le mental. 

Le mental n'ascensionne pas. Il retient l'ascension. 

Tout ce que l'on pense faire en bien ou en mal ne se trouve que dans notre propre filtre de pensées. 

Ce qui est bien pour nous, est mal pour d'autres etc. 

L'ascension n'est donc en rien quelque chose qui sera offert aux plus "méritants" d'entre nous. 

Vous pourriez vous balader en slip à Bugarach avec un cintre sur la tête, que ça n'y changerait rien. 

Ce n'est pas la peine d'essayer de faire en sorte de marquer des points auprès de l'Univers pour vous faire remarquer. L'Univers vous a déjà remarqué, il n'y a pas de doute là dessus. 

Les signaux de fumée, écrire son prénom avec des galets sur le mont Everest ne vous aidera pas non plus à "passer devant les autres". Parce que c'est bien de cela qu'il s'agit. Une course à l'égo. On veut être vu, entendu, plus que les autres, pour être "remarqués". Au cas où l'Univers ait loupé quelqu'un au passage. 

(Ben oui, quand on obtient pas ce que l'égo en nous veut, ça crée des distorsions... Et on se met à gueuler comme un putois enragé. (Je l'ai fait aussi lol))

 

 

 

Mais aujourd'hui, je vais me remettre un peu dans ma peau de médium pour vous parler du suicide. De l'acte en général, et des messages que j'ai reçu des voisins du dessus et des guides vis à vis de ça. 

 

Je vous ai expliqué un paquet de fois dans mes articles précédents comment se passe la transition, après la mort. 

On se retrouve dans une impression de flottement, nous ne sommes plus dans un espace limité, ni par le corps, ni par des murs quelconques. 

Il ne nous reste que nos pensées. Que l'étrange sensation de continuer à exister, sans plus rien à quoi nous raccrocher de "physique". Même le temps n'est plus un repère. 

Nos pensées s'accélèrent, on se rend compte qu'elles ont une portée bien plus large que ce que l'on pensait "avant". 

Ce sont nos pensées qui deviennent le centre de notre attention, sans plus aucun stimuli extérieur. Tout comme ce que l'on est, un simple corps éthérique, transparent, nos pensées deviennent transparente, d'une transparence telle que l'on a accès aux recoins les plus enfouis de notre subconscient. 

C'est là que le bas peut blesser. 

Car le mental est encore à ce stade, le même que nous avions de notre "vivant". 

Avec du jugement, avec de l'analyse, avec des filtres qui nous disent que telle ou telle pensée est "bien" ou "mal". 

Et l'on en vient à s'auto juger nous même. (Un petit air de "jugement dernier", mais qui n'a rien à voir avec ce que nous avons pu lire dans les écrits religieux jusque là... Ouep.)

On se rend compte aussi que nos pensées créent. Elles deviennent des choses. Enfin plus précisément, elles influent sur ce qui nous entoure de "non matériel". 

Ainsi, lorsque l'on imagine un tunnel (parce qu'on nous dit depuis des générations que après la mort, il y a un tunnel !) nos pensées profondes, qui viennent soudain à la surface, vont en influencer la forme, vont influencer aussi nos perceptions et vont créer un tunnel (ou tout autre chose, on s'entend, si on est joyeux on peut tout autant s'imaginer un parterre de fleur ou Elvis qui vient nous chantonner une balade, il n'en tient qu'à vous !) qui va nous ressembler. 

 

Le noir du tunnel, si on a peur, va se transformer en un noir plus intense, plus angoissant, plus ténébreux, pour n'être que le reflet de la peur qui est en nous. Certains rapportent une impression de vide, de néant qui ne donne pas du tout envie de suivre ce chemin, même si on voit une légère lueur au bout. 

C'est dans ce cas de figure là que se trouvent beaucoup de personnes lorsqu'elles se sont donné la mort. 

Ce n'est pas l'acte en lui même qui est donc "répréhensible" (par je ne sais quelle supposée autorité de l'astral ou de quelque divinité que ce soit) et qui fait que ces personnes là se retrouvent perdues ou ne passent pas la lumière. C'est bel et bien leur état d'esprit du moment. Du moment qui a précédé l'acte ou ils auront mis fin à leurs jours. 

 

Souvent, les gens se suicident à cause d'un ras le bol de la vie. Ou aussi parce qu'ils ne supportent plus la souffrance qu'occasionnent leurs pensées.

[Petit aparté : Je ne parle là bien entendu pas de souffrance physique, car dans ce cas là, ils en sont libérés relativement vite, le corps n'est plus source de souffrance. Seul l'esprit l'est. Donc si l'esprit n'est pas attaché à la souffrance physique, elle disparaît. Si elle reste, comme pour les "vivants" elle donne l'impression que le corps est un "membre fantômes" ce qui est assez ironique, je vous le concède. (Humour médiumnique is in da place ^^)]

 

Mais malgré la mort, ces pensées et ce ras le bol, sont toujours là. 

 

Je vous partage là une citation de mon livre "J'dis ça, j'dis rien" Tome 1 (ESPACE PUB ! Bientôt disponible, croisons les doigts !)

 

"Quel est le comble du suicidé ? C'est de se tuer en voulant mettre un terme à la vie, et de s'apercevoir en fait que même après la mort, ce n'est que le début. Tu m'étonnes qu'il y en ait qui regrettent !"

 

Bon, vous avez bien compris que c'est de l'humour là aussi, mais cela expose bien le souci que rencontrent les personnes qui se suicident. 

La vie, celle qu'ils cherchaient à fuir, est toujours là. Leurs pensées aussi, et encore plus même que lorsqu'ils étaient encore vivants. 

Aie, ça pique. 

Il n'est donc pas question de leur en rajouter une couche avec un guide qui viendrait leur taper sur les doigts. 

En plus, les guides, ils ne sont pas du tout comme ça... 

Les guides sont là, présents tout à côté d'eux, mais les gens qui ont mis fin à leur jours, sont dans un tel état de peur, d'angoisse et de stupéfaction, qu'ils ne les voient pas. Les guides n'ont pas d'autre option que de les laisser se dépatouiller avec leurs pensées. Ils essayent de pénétrer les esprits, lorsqu'ils voient une ouverture, mais encore faut t'il leur en laisser une. 
Pour voir les guides, il faut être dans l'amour, dans la joie, dans le non jugement. Ce qui n'est bien souvent pas le cas des suicidés. (ça arrive, fort heureusement, qu'ils les voient et qu'ils soient tout contents de passer la lumière, en tenant la main d'un gentil être de lumière qui passait par là pour venir récupérer les gruts parce que c'est son taf du moment.)  

Bien loin de moi d'émettre un jugement vis à vis de ça, c'est juste "ce qui Est" que je vous relate ici. 

Un médium, en occurrence quelqu'un comme bibi (phoque) peut aider dans ces cas là. Le médium a le cul entre deux chaises, un pied dans la matière, un pied du coté des morts vivants (brrr des zombies ! lol) et il est donc plus facile d'arriver à créer un contact avec une personne qui s'est suicidée, car il nous reste en nous une connexion qui relie les deux mondes. 

On appelle ainsi ces médiums qui aident les âmes à passer, des passeurs. Je le fais régulièrement, mais de moins en moins. Je l'ai d'ailleurs fait pas plus tard que ce matin, juste avant mon café, suite à un message que j'avais reçu. 

 

Le principe, c'est de convaincre une personne en état de choc (parce que c'est un choc, il n'y a pas d'autre mot) qu'il est possible d'être apaisé, de l'aider à trouver en elle cet espace intérieur, ce grand espace du dedans ou la sérénité se trouve, pour lui permettre de voir les guides, de voir la lumière au bout du tunnel (ou derrière Elvis quoi lol) et de laisser filer la peur qui ne lui sert pas. 

Pas besoin de s'étendre 10 000 ans sur les raisons qui ont provoqué cet acte là, il ne faut pas être dans le jugement du tout, sinon la confiance se barre. (A Bugarach, sûrement... Oups !)

Ne pas remuer le couteau dans la plaie quoi. Car parler des circonstances de la vie qui ont provoqué l'idée de se tuer fait revenir dans le conscient toute la colère, la peine etc. Et du coup les pensées repartent dans des émotions qui éloignent de l'amour et de la lumière.

 

Dans votre quotidien à vous, si vous connaissez quelqu'un qui s'est suicidé et que vous voulez l'aider, il n'est donc pas judicieux de l'interroger à tue tête sur le pourquoi du comment de son acte, pensez plutôt à lui dire des choses qui vont l'apaiser, le rassurer, et dites lui que si il ouvre un petit peu la porte qui se trouve derrière la peur, si il arrive à trouver une forme d'apaisement, il va pouvoir être libéré.

 

Je ne vous cache pas, que sortir de cet état de peur est quelque chose de très difficile pour eux. 

J'ai eu le témoignage aussi d'une femme qui s'est suicidée parce qu'elle voulait simplement "rejoindre la lumière" et qui a mis très très longtemps à la "trouver" malgré que c'était le but. Ce n'était pas là non plus une punition divine que de la laisser à l'entrée de l'astral (purgatoire on dit, j'aime pas ce mot, j'appelle ça le "parking" c'est mieux !) elle était simplement tiraillée par trop de peurs pour entrevoir les guides ou la lumière. C'est moi qui l'ai aidée à s'apaiser, et à l'époque, Raymond m'avait aidée, car je débutais et j'ai du tout apprendre sur le tas. En fait, elle voulait rejoindre la lumière pour aller y retrouver son mari, mais elle avait oublié qu'elle se sentirait coupable d'avoir "abandonné" ses enfants, même si ils étaient grands. Lorsqu'elle a vu la peine qu'ils ont ressentis, elle s'est noyée dans la culpabilité. Et c'est donc pour cela qu'elle est restée sur le parking. 

 

Donc, mes anges, ce que je vous dit là remet les compteurs à zéro. Il n'y a aucun jugement vis à vis du suicide de la part des guides. L'Univers ne fait pas d'erreur. Chaque suicide est là pour quelque chose, pour des raisons diverses et variées dont nous ne comprendrons jamais tous les tenants et les aboutissements. 

Ce que cela provoque chez les vivants, chez les morts etc. 

En vrac, et sans aucune objectivité, ces "raisons" peuvent être que c'était son heure (comme on dit souvent), que la personne n'était pas armée dans cette vie ci pour continuer d'expérimenter la vie, que les personnes de son entourage devaient apprendre à plus aimer la vie, ou développer plus de compassion, ou expérimenter la colère. On ne peut pas savoir, à moins d'être complètement détaché de la situation, et cela ne peut se faire qu'avec le temps. 

 

En résumé, ce n'est pas plus facile de trouver en nous cet espace intérieur serein quand on est vivant que quand on est mort, et peu importe le moment, le "travail" intérieur reste le même. Autant essayer de le trouver quand on est encore dans la matière, pour éviter d'avoir à le faire ensuite. 

Il n'a jamais été dit nulle part que ce serait facile, mais par contre, ça vaut le coup !!!

 

Aimer la vie, c'est la clef. Aimer tout ce qu'elle a à vous offrir, aimer ce que l'on est. Car nous sommes la vie, la vie même, et nous ne cessons jamais de l'Être. 

 

PUB N°2 : "La mort n'est pas grave, il parait qu'on lui survit" (J'dis ça, j'dis rien, Tome 1)

 

Si des gens viennent à se suicider demain, ayez une pensée apaisante pour eux, ne les jugez pas, cela ne sert à rien. 

Bisous à tous, je vous aime. 

 

@ Bientôt quelque part mes anges ;)

 

Ps : Ah j'allais presque oublier ! Joyeuse fin du monde à tous !!! :-p

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Baz Art 16/12/2016 18:03

Oui et parfois on y pense bcp souvent sérieusement ça arrive au meilleur car la solitude pèse, que l'on esf rejeté par la fille qu'on kiffe et qu'on est dans un boulot de merde ( tribu de hyène, au plus vicelard d'avoir le gros morceau de bidoche, faux semblant, hypocrisie, esprit de compétition) tout ce qui n'est pas moi sauf que je sais pas toujours pas ce que je fou sur cette planète de zazou...

Guilaine 13/08/2014 21:23

Alice, merci d'avoir ressorti cet article de derrière les fagots. Ça fait toujours plaisir d'avoir la vision spirituelle de certains actes qui nous dépassent. Le voile sur les Voix impénétrables du Seigneur se lève partiellement.

Biche 24/12/2012 10:44

A propos d'espace pub, as-tu vu la dernière pub de Diesel : LOVERDOSE ?
Très bon programme pour 2013 !

Passe un excellent Noël, Bisous

Acodero 21/12/2012 06:53

Bonne fin du monde à toi aussi Alice;)))

Marie 20/12/2012 23:02

...J'adore l'ideé du parking
Et l'amour triomphera!
J'espère que mon père a pu ou pourras tomber sur ton article, ils ont accès à internet de l'autre côté?
Gros bisou d'une fan de la blondasse!

Archives

À propos

La vie "presque" ordinaire d'une incorrigible provocatrice de sourires, agitatrice de consciences... Et ses tribulations !