Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
03 Jul

Né peur... Ridikulus !

Publié par Alice Kara Medium  - Catégories :  #Apprentissages

Bonjour mes anges !!!

 

Piou piou piou ! Quel mois ! 

Je me suis un peu laissée aller, je l'avoue, dans le sens ou je n'ai pas beaucoup écris ici, mais j'avais plein de trucs à faire et à mettre en place. 

Poulet a passé un mois à la maison, et on a fait pleins de trucs de Poulet. Glandouiller étant notre activité favorite... lol

Je n'ai pas fais beaucoup de consultations non plus, j'ai pris le temps de prendre le temps. 

Et puis, pour ne rien vous cacher, je roucoule ! Je vois mon amoureuse très souvent, et on passe des moments précieux. 

J'ai du faire "de la place" dans ma vie pour laisser entrer celle qu'à partir de maintenant je vais appeler "mon âme heureuse" ici ;)

De la place dans mon emploi du temps, déjà, parce que jusque là, j'ai comblé beaucoup de mon agenda par le travail, je m'étais plongée corps et âme pour les autres, mais il n'y avait pas de place pour une femme dans ma vie réellement. Là, j'ai adapté tout ça pour avoir du temps pour elle, pour moi, et même modifié mon appartement, où devrais je dire "ma garçonnière de célibataire endurcie" (lol) pour qu'elle puisse s'installer gracieusement quand elle vient. Croyez moi ou non, j'ai trouvé une meuf qui a plus de matos de maquillage que moi... lol

Exploit non négligeable, j'ai acheté une commode pour ranger le monticule de fringues qui trônait en bonne et due place dans ma chambre, pour faire un nid douillet. 

Maintenant que tout ça est fait, la vie peut reprendre son cours, à peu près normalement. Poulet est rentrée chez elle en Inde, et j'ai donc plus de temps à vous consacrer de nouveau. Same same, but different. 

J'ai consolidé aussi le tournant que j'ai décidé de prendre il y a quelques mois, à savoir, me consacrer de plus en plus au coaching intuitif, qu'à la médiumnité et à la voyance. 

La médiumnité, les fantômes etc, a fait parti de ma vie depuis longtemps, je ne cesserais jamais d'être médium, mais j'avais besoin de plus être dans la vie que dans le monde des morts. Et tous mes projets vont dans ce sens là. 

Mon tome 2 des J"dis ça, j'dis rien" est terminé depuis quelques mois déjà, et si je ne flémardise pas trop pendant l'été, il sortira au mois de septembre, suivi par le tome 3, terminé aussi, au début du mois de décembre. 

Je pense aussi à reprendre ma tournée de conférence courant 2014, avec aussi, pourquoi pas, un voyage initiatique en Thaïlande, sur l'île de Koh Chang, histoire de vous embarquer sur l'une des plus belles plages du monde vous dorer la pillule entre deux blablas en ma compagnie. Je réfléchis aussi à la possibilité d'en faire un en Inde, mais c'est un peu plus difficile d'accès que la Thaïlande, âmes sensibles s'abstenir :p

 

Donc, voilà pour les news fraîches !

 

Le sujet de mon article du jour, comme le laisse penser mon titre, c'est la peur. 

 

Nous sommes, parce que nous sommes profondément humains, (et heureusement, parce que sans ça, nous n'aurions rien à faire sur terre lol) tous farcis de peurs. Des plus communes aux plus farfelues, des plus vastes aux plus petites, qui nous rongent la vie. 

 

La peur, même si ça ne semble pas du tout comme ça, est un choix. 

Nous avons l'impression qu'elle n'est pas contrôlable, qu'elle s'immisce sans que l'on ne puisse rien y faire dans nos vies, nous volant quelques instants de paix à chaque fois. 

Niet. 

La peur est un choix. 

Vous pouvez décider d'y céder ou non. Le danger lui, est bien réel, la peur non. Avoir peur ne change absolument rien au danger, au contraire, ça en rajoute. C'est en ce sens là que ça ne sert absolument à rien d'avoir peur. Il s'agit là de ridiculiser la peur elle même, pas le danger.

Par exemple, avoir peur pour quelqu'un ne l'aidera jamais à aller mieux. Cela ne règle pas un problème de santé, cela n'évite pas un accident. Avoir peur ne sert qu'à l'égo, qui se déculpabilise comme ça de ne rien pouvoir faire bien souvent. on se met à avoir peur, on pense que l'on est impliqué dans le support à donner à l'autre. La peur ne change rien, l'amour, si. La peur n'est en rien de l'amour. 

 

Avoir peur, c'est le mental qui, d'un coup d'un seul, essaie de nous montrer quelque chose. Ce n'est pas non plus pour essayer de nous pourrir l'existence. Mais bel et bien pour montrer du doigt une facette de nous même, à mettre en lumière. 

La peur la plus commune qui soit, qui existe chez la plupart des enfants, c'est la peur du noir. 

Elle se mue en peur de l'inconnu à l'âge adulte. 

L'inconnu, que nous ne voyons pas, ou que nous ne voyons pas "venir", l'inconnu qui fait tant le bonheur des voyants, qui grâce à cette peur là, ont un paquet de clients. (woops, loin de moi l'idée de cracher dans ma propre soupe, mais faut dire ce qui est ! lol)

L'inconnu, c'est tellement pas connu, qu'on sait pas ce que ça contient. (collector cette phrase là, n'est t'il pas ? lol)

 

La meilleure façon de savoir ce que contient le "noir", c'est d'allumer la lumière. 

Si vous avez une boite fermée, qu'il fait tout noir dedans, vous ne pouvez pas chasser le noir. La seule façon de voir ce qu'elle contient, c'est d'ouvrir le couvercle. 

Quand vous êtes dans un endroit sombre, il suffit d'ouvrir une fenêtre, de presser l'interrupteur pour y voir plus clair. Vous le faites tous les matins, quand vous ouvrez les volets de vos chambres.

Pour les pensées sombres, il faut faire pareil. Plutôt que d'essayer de les chasser par je ne sais quel procédé spirituel ou ésotérique, ou psycho ché pas quoi, qui ne fait rien d'autre que de vous inciter encore et toujours à mettre le focus dessus, il faut tout simplement allumer une lueur d'espoir dans vos petits cervelets de petits oumpas loumpas. 

Chasser les pensées négatives en fera arriver chaque fois de nouvelles, chaque fois plus présentes, et chaque fois plus fortes. Vous allez vous mettre à faire du yoyo mental. Vous allez en perdre, comme l'on perd des kilos, et en reprendre plus encore derrière. 

L'effet sera provisoire. L'apaisement durera quelques minutes, quelques heures, voir quelques jours, mais il ne sera jamais permanent. 

 

Mais comment donc pouvons nous faire pour s'en débarrasser ? 

Le but, c'est de transformer ces pensées sombres (ou négatives) en pensées positives. 

La première étape, c'est d'arrêter de croire que ces pensées viennent de vous. D'une part, cela vous fait croire que vous êtes quelqu'un de négatif. Ce n'est pas le cas à la base. 

Vous n'êtes pas né négatif. Bien au contraire, vous êtes nés "Neutres". C'est la vision de la vie qu'on vous a donnée qui s'est transformée avec le temps. L'éducation, l'exemple qui vous a été montré, l'illusion toute simple mais pourtant bien présente selon laquelle il y a des choses négatives qui vous arrivent. 

 

Les choses ne vous arrivent pas à vous personnellement. Elles arrivent dans la vie, point à la ligne. 

La vie, ou l'Univers, ne choisit pas ce qui va arriver à quelqu'un de façon personnelle. Il ne se dit pas "Ah tiens, celle là, elle est conne, on va lui faire arriver des trucs à la con dans sa vie". Non. La vie ne juge pas. 

Elle ne choisit pas non plus qui est méritant et qui ne l'est pas. 

Elle fait juste advenir des choses au sein d'elle même. Des trucs. Ni négatifs, ni positifs, (elle ne sait d'ailleurs même pas ce qui est positif ou négatif, vu qu'elle n'a pas de mental, et seul le mental classe les "trucs" par catégorie.) 

Aucun individu sur terre n'est à ses yeux bon ou mauvais, il y a juste "des gens qui se pensent séparés d'elle". 

La vie est neutre. Harmonisée parfaitement. Il n'y a rien à changer en elle, ni même aucune envie ou besoin de changer quoi que ce soit. Lorsque l'on prend conscience de Cela, on se fonde dans la vie elle même. C'est l'éveil. Nous ne nous sentons plus séparés de rien, et tout est Parfait, Tel que C'Est. 

La vie est comme ça, elle sait que tout ce qui arrive en elle, est parfait tel que c'Est. 

 

Nous croyons tous que les choses qui arrivent dans la vie nous arrivent à nous tout particulièrement. Que tout tourne autour de nous. C'est une illusion. Les choses arrivent parce qu'elles doivent arriver et tout ça nous dépasse complètement. Il est important de dé-personnaliser les choses. 

Si quelque chose arrive, que nous avons l'impression que c'est pour "nous" tout seul, on loupe 99% de l'ampleur de ce qui arrive. 

Exemple à la con... Problème de fric. C'est emmerdant quand ça arrive, mais il est possible que cela ne serve pas à nous emmerder nous, et que finalement, ça emmerde plus notre banquier. Où le vendeur de télé chez qui on devait aller pour lui donner plein de sous et qui n'en aura pas, alors même qu'il n'avait même pas idée qu'on allait aller lui donner un gros chèque. 

L'ampleur des choses nous dépasse, et jamais nous ne serons en capacité de tout saisir. 

Il n'y a que la vie qui sait. Et elle ne fait rien pour nous torpiller. Il n'y a que lorsque l'on personnalise les choses qui arrivent qu'on a cette impression là. 

Si on fait de la vie une affaire personnelle, tout va nous sembler grave. 

Je ne dis pas non plus d'être dilettante lorsque l'on a des problèmes d'argent ou peu importe, il faut simplement se dire que tout a une raison, que cette raison est forcément neutre, voire positive, et que la vie ne nous envoie jamais rien pour nous torpiller. Elle ne nous envoie rien non plus que l'on ne peut pas surmonter. 

Jamais le vie ne nous abandonne. Même après la mort, elle reste en nous. Nous nous fondons en elle. 

 

Lorsque l'on pense que nous sommes négatifs, et surtout en ce moment ou la pensée positive est à la mode, et devient un "mode de vie", nous nous culpabilisons de ne pas suivre "la mode". 

On se dit que tout est de notre faute, que si des choses négatives arrivent, c'est parce qu'on a fait un truc pas bien à un éventuel moment donné, dans cette vie là ou une vie passée et qu'on le paye par quelque moyen que ce soit. Et bingo, en plus des pensées négatives, vient en nous la culpabilité, de, d'une, ne pas être à la mode, de deux, qu'on est seul responsable des trucs qui NOUS arrivent. 

Dépersonnaliser les choses, va vous aider à virer (et aussi à ne pas laisser s'installer) la culpabilité. 

Parce que la culpabilité va souvent très loin. Jusqu'à nous culpabiliser d'être en vie. 

Avez vous choisi d'être en vie ? Consciemment ? NON. 

Vous êtes arrivés comme un ver dans une pomme, vous avez été débarqué là on ne sait pas trop comment (enfin si, vos parents ont passé un bon moment, mais cela ne nous regarde pas ! lol) et la seule chose qui est sure, c'est que comme la vie est là, il vous a fallu "faire avec". 

Et vous faites avec depuis que vous avez braillé pour la première fois, quand on vous a tapé le cul. (N'est-ce pas ironique qu'on se prenne une fessée dès les premières secondes de notre arrivée dans le monde ? lol)

 

"Faire avec la vie", cela semble négatif comme approche, il n'en est rien. J'emploie ces mot exprès pour vous faire comprendre quelque chose. 

Vous n'avez pas été réellement décisionnaires de votre venue ici. 

Vous n'êtes pas décisionnaires des choses qui arrivent dans votre vie depuis le début. Vous faites avec. Avec tout ce qui vous est présenté dans le moment présent. 

Avec vos peurs, avec vos doutes, vos bonheurs, les gens que vous croisez, les pensées qui viennent se taper l'incruste dans vos cerveaux de poulpes. 

 

Vous faites avec tout ça, et pourtant, vous êtes toujours en vie. C'est que la vie vous aime bien non ? 

Que vous avez parfaitement votre place dans le cours naturel des choses. Et surtout, cela signifie que vous avez encore en vous le potentiel d'être propulsé plus haut. Que rien n'est constant, pas même vos problèmes. 

(Je me suis un peu éloignée du sujet, encore un article brouillon mouahahaha !)

 

Si vous n'aviez rien à faire là, où si vous n'aviez pas toujours en vous le potentiel de vous laisser aller au bonheur, vous seriez déjà mourus. 

Je déconne pas. Quand on n'a plus rien à faire sur terre, on se barre. Peu importe le moyen de se barrer. On part rejoindre la source de la vie elle même pour baigner dans le bonheur de la félicitée de ce qui nous habite. 

 

La mort, selon mes guides, et qui est aussi ma vision de la chose, avec tout ce que j'ai pu en voir, c'est la façon qu'a la vie de nous "ramener à la maison". 

C'est comme si la vie nous disait "Oh tu t'es pété un ongle ! Viens voir moman !" et hop, on va voir moman. 

 

Bon, je vous l'ai fait courte, mais c'est vraiment comme ça. 

 

Pour la vie, quand il arrive quelque chose, que ce soit petit ou grand, c'est exactement comme si on s'était pété un ongle. Il n'y a rien de grave. 

 

C'est là que ma transition foireuse m'emmène à la deuxième chose à faire quand on a des peurs qui arrivent dans notre cervelet droit. 

 

Il faut adopter la même vision que celle qu'à la vie pour "allumer la lumière" sur nos pensées de peurs. 

Dédramatiser absolument tout. Mettre le focus sur les choses qui nous semblent positives. 

Se moquer ouvertement des pensées qui nous arrivent. 

"On ne provoque pas les pensées, ce sont elles qui nous provoquent." J'dis ça, j'dis rien (ché plus quel tome lol)

 

Et la meilleure façon de faire ça, c'est la méthode Harry Potter. 

Si vous avez lu ou vu "Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban", vous allez être familier avec le sort "Ridikulus". 

Le principe est très simple, lorsque vous avez peur de quelque chose, il faut modifier cette peur en quelque chose qui nous fait rire. Le rire va dédramatiser la peur elle même, ou l'objet de votre peur, et chaque fois que cette peur fera surface, vous vous souviendrez d'avoir ri, et basta, elle ne reviendra plus. 

Estompée comme de la poudre aux yeux. 

 

Voici une petite vidéo du passage ou les élèves de Poudlard apprennent à utiliser ce sort là. (en anglais, désolée, je n'ai pas trouvé la traduction, mais vous pouvez revoir le film)

 

 

L'exemple de Neville est super. Ce qui lui fait le plus peur, c'est le professeur Rogue. Le professeur Lupin lui demande d'imaginer le professeur Rogue dans les fringues de sa grand mère. Il change donc ce qui lui fait le plus peur, en un truc qui va le faire rire. Et hop, chaque fois qu'il va voir le professeur Rogue, il aura l'image en tête, et la peur va s'estomper. 

 

C'est le principe. Mettre du rire dans ce qui vous fait peur, pour générer une tout nouvelle énergie, qui va faire en sorte que la peur ne prenne plus toute la place. Rire, c'est mettre de la lumière dans votre boite noire. 

 

J'ai fait comme ça avec ma peur des zombies. J'ai regardé plein de films drôles avec des zombies, je les ai imaginés dans pleins de situations à la con, et résultat, alors même que j'en faisais des cauchemars infâmes la nuit, je peux aujourd'hui regarder pleins de films de zombies affreux, en rigolant. 

 

ça marche pour tout.

Vous avez peur de ne pas rencontrer l'amour ? Trouvez ce qui va vous faire rire dans cette situation là ! Quitte à vous imaginer chanter "All by myself" en gaine sur votre canapé tout pourri avec de la glace au caramel beurre salé plein la face.

Allez y gaiement au niveau de l'imagination ! Plus c'est ridicule, mieux c'est ! Mixez deux choses en même temps, et tant que vous n'avez pas esclaffé de rire, c'est qu'il faut insister et rendre la peur encore plus ridicule !

Peur d'aller chez le banquier ? Imaginez le déguisé en fraise tagada !

(Quand j'étais encore chanteuse, j'imaginais tout le public en slip dans les coulisses, ça a marché pour moi, comme pour beaucoup d'artistes... Et je fais toujours ça avant de faire une conférence... Je vous imagine tous en slip... Mouahahahahahahahahaha !!! Plus jamais vous n'oserez venir à une des mes conf' c'est ballot ! lol)

 

Tentez le coup, ça ne coûte absolument rien ;)

 

A vos baguettes mes petits sorciers ! Dépersonnalisez les peurs qui arrivent dans vos têtes, virez la culpabilité qui va avec, parce que rien ne vient de vous, et Usez et abusez du sort RIDIKULUS !!!

 

Au boulot !

 

@ Bientôt quelque part mes anges ;)

 

Ps : J'vous kiffe ! Again and again !

 

 

 

 

 

Commenter cet article

mélodie 06/07/2013 21:17

moi je dis oui à la Thailande et oui à l'Inde,en ce qui me concerneces deux destinations tomberaient à pic!!! Je reserve ma place.
Biz Une pouff du disert edition 2012.

nathalie 04/07/2013 15:04

merci :)

sareri 04/07/2013 13:17

felicitation pour ton amour , je suis contente pour toi et te souhaite que amour et bonheur,,,,,,

ah! oui , peut etre , tu ne te souviens plus de moi , ca fait si longtemp , moi aussi , trop de boulot,,,,

bisous a vous deux
sonia

A. 04/07/2013 01:37

Oui. Hou courge, aqua serge. En slip.

C'est plus simple que les Patronus quand l'interrupteur est cassé.

rose-marie 04/07/2013 00:32

Bonsoir Alice il y a longtemps que je n'ai pas écrit un petit mot. Et si on n'a peur de ses voisins drogués, armées et pas gentils du tout? j'ai surtout peur pour mon fils qui a une maladie grave(
34 ans) qu'ils rencontrent ces personnes car mon fils ne se laisse pas faire tu sais comment sont les jeunes ils ont le sang un peu beaucoup chaud je fais de mon mieux pour avoir des pensées
positives un peu beaucoup grâce à toi bisou porte toi bien

Elwing 03/07/2013 17:47

Et hop là ! Encore un article d'Alice qui tombe à pic !
Merci.
Faut que je trouve ce qui va me faire marrer... faut que je trouve... je vais trouver...

Carmen 03/07/2013 17:12

Pitite coquine, va!!! Si d'aventure on se croise à nouveau, mes slips ont des étoiles dessus!!!
Et merci pour le rappel Harry Potter, le prisonnier d'Azkaban reste mon préféré. Ridikulus!

Aline 03/07/2013 16:32

ça faisait tellement longtemps que tu n'avais plus écrit! *0*
Oh, mais que t'es perverse dis donc à nous imaginer en culotte! (Et pour celles qui en portent pas, tu vois tout alors!)

Sinon, j'adore l'idée de ridiculiser la peur et ton article tombe à pic!
J'me rappelle qu'après avoir regardé Paranormal Activity et d'autres films, j'imaginais des situations débiles qui m'ont fait bien rire dans ma tête (je dors dans la même chambre que mon frère, je
ne peux donc pas rigoler à voix haute xD) et oui, tu as raison, ça marche très bien!

Archives

À propos

La vie "presque" ordinaire d'une incorrigible provocatrice de sourires, agitatrice de consciences... Et ses tribulations !