Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 Dec

Pardonner...

Publié par Alice Kara Medium  - Catégories :  #Élucubrations médiumniques !

3722587_a009376caa_m.jpeg

 

Bonjour mes anges !!!

 

Aujourd'hui, j'ai envie de vous parler du pardon. 

 

Qui n'a pas subi un évènement dans sa vie qui implique de pardonner à quelqu'un ? 

Des choses plus ou moins graves, bien entendu, mais nous avons tous quelque chose à pardonner à une personne qui nous a fait du mal. 

 

En paroles, en gestes, en actes répréhensibles. 

Peu importe ce que c'est. 

 

Nous avons tous eu notre lot de souffrances apportées par d'autres. 

 

On nous dit partout que le meilleur moyen de ne plus souffrir de ces évènements du passé, c'est de pardonner à ceux qui nous ont fait du mal. 

Nous essayons tous de pardonner aux êtres qui ont croisé notre route d'infortune. 

Mais je crois que nous oublions tous une étape primordiale. 

Par je ne sais quel mystère du mental, avec chaque souffrance vient une culpabilité. 

On s'en veut à soi même. Avant même d'en vouloir à cet autre qui nous a blessé. 

"Et si j'avais pas été là ? Et si j'avais agis différemment ?" "J'aurais jamais du dire ça, ou faire ça, que je suis stupide, je l'ai cherché". 

 

Ces pensées là nous font souffrir encore plus. 

 

On ne peut pardonner dans certains cas. Parce que l'on ne se pardonne pas d'abord à soi même. 

On ne peut changer le passé. Mais on peut décider de ne pas laisser ce passé envahir notre moment présent. 

 

Certaines personnes souffrent pendant des années, parce qu'elles ont vécu un moment court de souffrance. 

Ce moment n'est plus. Il n'existe que dans nos esprits. 

Il n'est qu'un souvenir. 

Un moment passé. Qui n'Est plus. 

Comme notre première grippe. Comme notre premier chagrin d'amour. 

On a pensé sur le moment ne jamais s'en sortir vivant. 

Pour la première grippe, en veut t'on toujours au grut qui nous a refilé ses microbes ? On ne s'en souvient même pas ! Le mental a fait table rase de tout ça. C'est une grippe, point final, ça arrive, c'est comme ça. 

Si on était resté fixé dessus, on serait encore en train de cracher nos boyaux. 

 

Pour tous les autres évènements pourtant, on fixe nos esprits sur ce qui nous a fait du mal. 

Sans voir que nous en sommes sortis plus forts. 

Comme pour une grippe, on renforce notre système immunitaire. On sait que si la grippe nous choppe de nouveau, on saura la vaincre. On l'a fait une fois après tout...

 

Je prend cet exemple là pour dédramatiser au maximum. 

J'ai conscience qu'il y a des évènements qui ne sont, pour nos cerveaux d'humains, pas comparables à la grippe. Mais... Pourquoi pas ? 

 

Se pardonner à soi même, c'est avant tout se pardonner d'avoir donné tant d'importance à un évènement, quel qu'il soit. C'est se pardonner d'avoir envoyé des signaux constants de détresse à notre mental, en faisant revivre à nos coeurs toute la souffrance qu'il ont vécu en un instant, pour la prolonger toute une vie. 

 

Une phrase pratique pour commencer à se pardonner soi même c'est : 

"Je me pardonne d'avoir laissé s'installer la peur si longtemps, et d'avoir fait souffrir mon coeur, alors même que j'étais en sécurité"

 

Sans cette étape là, on ne peut pardonner à personne. 

 

Pardonner, ce n'est pas non plus faire un déni total de ce que l'on a vécu. On a souffert, on a été bléssé, mais il faut accepter que cette souffrance n'a pas à rester coincée en travers de notre gorge. 

Il faut laisser cette souffrance s'exprimer, mais ne pas la laisser contrôler nos vies. 

En laissant la peur s'installer, on donne encore plus de crédit à celui ou celle qui nous a fait souffrir. On s'emprisonne dans un évènement passé. On s'emprisonne dans la souffrance. 

Dans une souffrance illusoire, et uniquement dictée par notre mental. 

 

1021315963.jpg

 

J'ai, il y a un bon moment de ça, aidé une femme à passer la lumière. 

Elle avait vécu une mort atroce. Un homme l'avait poignardée. 36 coups de couteau. Elle est restée dans l'entre deux mondes pendant des années. Pour passer la lumière, elle a du se pardonner à elle même. Pour se rapprocher de la lumière, qu'elle ne voyait pas avant ça, car elle vivait continuellement ce moment ou elle a quitté le monde des vivants. Nous avons longuement discuté, j'étais une "médium novice" à l'époque, et j'ai eu du mal moi aussi à me détacher de ce qu'elle me racontait sur sa fin de vie. (Surtout après qu'elle m'ait fait vivre moi aussi la souffrance de chaque coup de couteau qui a transpercé ma chair énergétiquement...)

Comment pardonner à un homme qui l'a autant fait souffrir ? 

Ma première réaction, a été de noter tous les détails, pour aider la police, ou je ne sais quel service, à retrouver son agresseur, mais ce n'était pas ce qu'elle voulait, elle voulait juste trouver la paix. J'ai lâché mon carnet de notes, et je l'ai aidée à retrouver le chemin de l'amour. Nous avons toutes deux cherché à pardonner à cet être qui l'avait fait souffrir, mais en vain. J'étais en colère, et cette colère ne voulait pas partir. Jusqu'à ce que je comprenne que rester dans ce passé, et en avoir l'illustration devant les yeux, avec cette femme qui revivait constamment sa mort, n'était pas la solution. Je lui ai donc montré la vie. 

Je lui ai montré le chemin vers l'amour de soi. 

La clef a été de lui dire que malgré sa mort, elle était toujours là. Elle continuait de vivre. Autrement. Elle continuait de vivre, malgré ce passage de sa vie. Elle avait survécu à cette mort atroce. 

Si son âme a survécu à ça, elle peut survivre à tout. 

Elle a passé la lumière. 

Peu de temps après, elle est revenue vers moi, en me disant merci. Et une phrase qui m'a beaucoup fait rire. 

"Mais qu'est ce que j'ai été con de rester coincée là dessus ! J'ai gâché du temps précieux, que je vais m'empresser de récupérer en m'incarnant à nouveau !"

Je lui ai posé une question tout de même. Je lui ai demandé ce qu'était devenu l'homme qui avait mis fin à ses jours. 

Elle m'a répondu : "Je n'en ai rien à faire" avec un énorme sourire. Que j'ai pris au départ pour du dédain, mais cela n'avait rien à voir avec du dédain... Elle était profondément ravie de s'en ficher totalement ! Peu lui importait de se préoccuper encore de cet homme là ! Et cela m'apparaît aujourd'hui comme une évidence. Peu importe ce que lui a fait cet homme là, cet homme n'existe plus. Il est une âme parmi les autres. 

C'est absolument aberrant pour nos cerveaux humains. Je le reconnais moi même. 

Après relecture de mes notes, tout me porte à penser que cet homme qui l'avait tuée, était Ted Bundy. Cette femme avait été tuée par l'un des pires sérial killer qui ait vécu. (ça vous donne aussi une petite idée de tout le temps qu'elle a passé "entre deux mondes"...) 

J'avais d'ailleurs fait un mémoire sur les sérials killers à l'université. Dans mon cursus de psychologie.

Cet homme est mort depuis longtemps. Et c'est très bien comme ça. (Je n'ai pas du tout envie qu'il se pointe dans mon salon, donc je ne reste pas fixée moi non plus sur cette histoire là ! lol)

Elle est en "paix" et c'est tout ce qui importe au final. 

J'aimerais avoir la même sagesse qu'eux parfois. Mais ce n'est pas possible, je suis profondément humaine et ravie de ça... lol

 

La paix qu'a trouvé cette femme là, nous n'avons pas besoin d'attendre de mourir pour la retrouver. 

On peut le faire de notre vivant, et croyez moi, c'est beaucoup plus simple de se détacher de la souffrance de notre vivant. Dans l'entre deux mondes, il faut une sacré dose de bonne volonté ! 

 

Je pense que c'est un cadeau à se faire, pour avancer et continuer d'offrir notre lumière à chaque instant de vie qu'il nous est donné de vivre. 

On ne choisis pas les étapes de notre vie, mais on peut décider de la façon dont on va les vivre. 

Et si on choisissais de virer un peu du poids qui devient trop lourd à porter sur nos épaules pour vivre plus légèrement ? 

 

On ne peut comprendre la vie qu'en regardant en arrière, mais on ne peut la vivre qu'en regardant en avant. 

 

 

@ Bientôt quelque part mes anges ;)

 

 

 

 

Commenter cet article

theo 23/02/2015 18:34

Une petite chose, j'ai lu ton article le message de Raymond qui dit qu'etre dans la lumiere et l'amour c'est ne pas emettre de jugement. Donc pourquoi il y a des chances meme infime que mes parents m'en veuillent ? Si tout est amour tout est pardonné non ?

Théo 25/02/2015 16:55

Oui c'est sur ! Et puis vu qu'on est nos seuls juges je ne dois pas m'inquiéter ! Et puis l'amour l'emportera je pense ! Merci Alice !

Je crois que je suis tombé amoureux de ton blog :)

Alice Kara Medium 25/02/2015 12:11

Arrête de te soucier de ça, ils auront de toute façon tout un tas d'autres choses à penser là haut, pis on y est pas encore ! Moment présent !!!

Théo 22/02/2015 20:21

Salut Alice,

je te pose une dernière question. Est ce que nos parents une fois décédés pourront savoir des choses de notre vie qu'ils ne connaissaient pas de notre vivant ? Et pourront ils nous en vouloir ? En gros j'ai fumé de l'herbe dans une période de ma vie (chose dont ils ne sont pas au courant, ils sont totalement contre ça), Est ce qu'ils le sauront une fois dans l'au delà ? Et surtout peuvent ils m'en vouloir ou est ce qu'ils me le pardonneront ?

Merci d'avance Alice

theo 23/02/2015 13:54

En fait on a pas vraiment de vie privée ! J ai bien précisé qu ils ne sont pas encore de l autre côté on est d'accord ?

Théo 23/02/2015 13:35

Normalement lol ce mot qui fait peur lol

Alice Kara Medium 23/02/2015 11:23

Oui ils peuvent voir, mais ne t'en voudront pas normalement, ;)

Biche 31/12/2011 10:06

Coincidence, synchronicité : hier mon mari m'a emmené au cinéma voir "Les crimes de Snowtown", tiré de la vie du serial killer australien John Bunting. Film très noir avec justement des abus
sexuels qui ont entrainé les horreurs qui ont suivi. Dans ce film tout était moche, sale, sombre, boueux, gris, sans luminosité, sordide...
Des personnes ont quitté la salle, ne supportant pas cette ambiance, cette misère humaine.

En sortant de la salle, complètement affligée, je me suis dis qu'il était très important de s'entourer de belles choses, de ne pas surcharger nos habitations , de ranger, de nettoyer, de faire le
grand ménage, d'aérer, de soigner son jardin ; oui, s'entourer de beau est primordial et ne peut qu'aider à se sentir mieux.

amelie 30/12/2011 19:05

Coucou, perso je ne sait pas comment font certains pour réussir à pardonner, moi j'ai éssayer mais je n'y arrive pas c'est plus fort que moi, comment pardonner à une personne qui vous à fait vivre
l'inceste pendant des années ? Comment pardonner à ceux qui ont fermer les yeux sur ces endurances et ses souffrances ? Comment pardonner à certains membres de ma familles qui ont usé de ma
gentillesse et m'ont trahie ? Je n'arrive pas à pardonner c'est comme une grosse boule rester coincée dans ma gorge j'y songe souvent mais non je n'y arrive pas, un jour peut être!!
@mélie

Alice Kara Medium 31/12/2011 01:14



Alors il faut donc commencer par le début du commencement... Se pardonner à soi même de ne pas arriver à pardonner :)


 



walter 30/12/2011 09:06

le pardon le sujet sur le quel je ne suis pas d'accord .pour moi le pardon est trop facile . Exemple : une personne tue une autre personne .la personne qui a tuée dit :pardon . donc il faut
répondre ok je te pardonne . trop facile. je saie que beaucoup vont me dire lui et bizard .A réflechir.a bientot quelque part Melle alice.WALTER.

falbala 29/12/2011 18:43

bonjour, c'est mon premier commentaire !
Alors moi je n'y arrive pas...j'essaye de pardonner mais la rancune, la déception prennent le dessus c'est débile....j'ai des progrès à faire :)

sareri 29/12/2011 07:34

bonjour alice
moi j ai pardonne , pourtant je me sentais coupable au depart ,,,,,que neni , c est fini , je me sens liberee mais pour etre sereine tout a fait , j aimerai vivre seule ,,,,crois tu que ce soit
faisable car je le desires fermement
bisous a toi , bonne journee sonia

Stéphanie 28/12/2011 18:52

Merci Alice pour cet article.
Il correspond assez bien à mes interrogations
Le pardon vaste sujet, je sais que dans ma vie je suis bloquée (physiquement, psychologiquement et surtout spirituellement) car je n'accorde mon pardon à personne.
je suis en permanence en colère , j'ai des bouffées de haine aussi (remarque ne dit on pas entre amour et haine il n'y a qu'un pas dans un sens ou l'autre)
je sais que c'est mal, je sais que la personne a qui je fais le plus de mal c'est moi. j'ai essayé de pardonner mais pas réussi alors j'ai fait du déni.
l'Univers ce coquin , il me rappelle souvent à l'ordre, je refais les mêmes erreurs, les mêmes schémas.
j'ai conscience que je me fais du mal mais c'est plus fort que moi, le vrai pardon je n'y arrive pas.
Pour reprendre ton terme , j'ai eu une grosse grippe pendant les 18 premières années de ma vie :-). bref. Une fois de plus ton article tombe à point nommé

Merci Alice

Prends soin de toi. Bonne soirée

Séléna 28/12/2011 18:00

Je dirai même plus "transite d'amour"... oui je te lis pendant ma pause caca c'est pour ça lol
.......................................>

Alice Kara Medium 28/12/2011 18:21



Ptdr !



Florence 28/12/2011 17:38

Bravo et merci Alice pour ce super billet.

J'avoue que j'ai dû aussi passer par un travail sur le corps (via le Reiki et la relaxation) pour apaiser ma colère, pardonner et me pardonner d'avoir vécu certains évènements bien gratinés.

Séléna 28/12/2011 16:33

Bingo ! Banania ;) mais tu lis dans ma tête ou quoi ? Tous les jours tu ponds un truc qui concerne mes ressentis et mon état mental. Merci en tout cas, avec tes articles je me sens moins seule et
chaque fois c'est comme une piqûre de rappel. Je vais finir par être carrément dépendante !!

Alice Kara Medium 28/12/2011 16:35



Tu l'étais pas déjà ? :p


Et moi qui pensais que t'étais transie d'amour pour moi même... Grut ! mdr


(36ème degré hein ! lol)


Bisous ma belle ! 


Ps ; j'ai rangé un peu chez moi, donc si tu veux boire un kwa, fais toi plaiz' lol



lore 28/12/2011 15:42

Merci pour cet article!!! il me fait un bien fou. le pire chez moi c'est que je réussi parfaitement à ne pas en vouloir à ceux qui m'ont fait un mal très profond, mais pour des broutilles, j'ai
plus de mal... exemple, mon agresseur, je lui en veux pas, et je me suis pardonné d'avoir agis comme je l'ai fait( je met "mon agresseur" pour pas mettre son nom). mon père qui ma quasi renié
devant moi, pareil, je lui en veux pas, je sais qu'il ne sais pas être un père et je sais qu'il n'est pas dans mon chemin de vie, je ne l'en aime que plus. mais ma tantequi s'est contenté de me
dire qui j'avais pas de raison d'être dépressive, j'ai plus de mal à lui accorder le vrai pardon... je vais tenter de me pardonner de ne pas avoir fait abstraction de ses mots...Merci du plus
profond de mon coeur!!!

Archives

À propos

La vie "presque" ordinaire d'une incorrigible provocatrice de sourires, agitatrice de consciences... Et ses tribulations !