Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 May

Tout autour de nous, dans l'amour.

Publié par Alice Kara Medium  - Catégories :  #Élucubrations médiumniques !

377429_138782362898089_100002989777252_177026_111890479_n.jpg

 

Bonjour mes anges !!!

 

Avec mon métier, je reçois beaucoup de personnes dans le deuil. 

Les personnes qui viennent jusqu'à moi viennent avec beaucoup d'espoir, et on vient me voir de très loin. 

 

Les messages que l'on reçoit en tant que médium sont tous les mêmes. 

 

Au début, je pensais que j'aidais les morts. Un peu comme dans les séries à la télévision. 

Mais je me rend compte de plus en plus que je n'aide pas les morts. 

Les morts savent très bien se débrouiller tout seuls. 

Il y en a bien quelques uns qui sont perdus parce qu'ils ont peur, mais ils sont très peu. 

Les messages qu'ils donnent ne les aident pas. Ils sont là pour aider les vivants. 

 

Il y a déjà tant de preuves qui existent sur une vie après la vie, mais pourtant tout le monde n'y croit pas encore. 

C'est normal. 

Refuser de voir les preuves de l'existence d'une vie après la mort, c'est comme ne pas voir une montagne qui serait en face de nous. 

J'ai moi même refusé de voir cette montagne un bon moment, avant de ne plus pouvoir revenir en arrière. 

Francis, mon voyant m'avait dit il y a 12 ans "Un jour Melle, vous croirez au ciel, vous le remercierez"

 

A l'époque, ça m'avait fait beaucoup rire. je ne croyais en rien. En fait, j'avais tellement eu de peurs petite, que j'avais tout refoulé dans un coin de ma tête. 

 

Il m'a fallu 20 ans avant de croire de nouveau à une vie après la mort. 

Tout ça en étant médium. Il m'a fallu Raymond, ce grand québécois bourru, pour que j'y crois de nouveau. 

Il m'a harcelé pendant plusieurs semaines avant que je me décide à noter son message, et à accepter que je n'étais pas folle. (ça vous donne une petite idée d'à quel point je suis têtue... lol)

Je n'ose imaginer comment des gens, sans être médiums, peuvent croire en une vie après la mort. Ce doit être très dur. 

Il y en a plein, qui s'accrochent à l'espoir que la vie après la mort existe. Ce sont ces gens là qui viennent me voir. 

Désespérés de ne pas avoir de signes, désespérés d'avoir en eux une douleur intense. 

 

La douleur physique qui suit le deuil, est infâme. 

 

On a tendance à s'accrocher à cette douleur physique du manque. 

Cette douleur sert. Lorsque quelqu'un meurt, c'est le toucher qui nous manque le plus, la proximité physique, les câlins, les baisers, plus même que les paroles. 

La douleur physique qui suit le deuil nous donne une sensation physique reliée à la personne qui est partie. 

C'est comme si on la sentait encore au dedans de nous. 

Au moins, on ressens toujours quelque chose physiquement, et tant pis si c'est de la douleur. 

On ressens quelque chose. 

La colère s'inscrit dans nos veines, dans nos muscles, le manque, et c'est un peu comme si notre corps se souvenait de la présence de cet être à qui l'on tenait tant. 

Cette douleur reste. Longtemps. 

 

Je ne suis pas sure que l'on fasse vraiment un jour le deuil de quelqu'un. On peut avoir de belles pensées, on peut sentir parfois un soulagement, mais la douleur physique est ce qui reste le plus longtemps. 

 

Les messages que je reçois des voisins du dessus, vont tous dans le même sens. 

"Ne nous pleurez pas, on va bien, tout est ok, on continue d'être, quelque part, tout près, et nous veillons sur vous, on vous aime encore plus fort". 

 

Parfois ils donnent des "preuves". Parfois non. Un prénom qui s'échape de la bouche du médium, un souvenir, un moment clé, un geste que le médium fait et qui rappelle le défunt. 

Cela repose sur de toutes petites choses. Pas grand chose. 

Nous avons tous quelque part en nous le souvenir que la conscience continue de perdurer par delà la mort. 

Il est parfois très enfoui. 

Les morts ne cherchent pas à nous prouver quoi que ce soit. Ils s'en foutent la plupart du temps. 

Eux, ce qui les interesse, c'est d'apaiser un peu de la douleur physique qui accompagne le deuil. 

 

Je prend en ce moment beaucoup l'exemple d'Edith Piaf. 

Edith, après avoir perdu Marcel Cerdan, son âme jumelle, s'est accrochée à sa douleur. Elle a souffert énormément du manque. Elle s'est laissée mourir. 

Pour monter sur scène, elle prenait des médicaments. C'était sa raison de vivre, vu que Marcel Cerdan n'était plus à ses côtés. Elle montait sur scène. Accompagnée de la douleur lancinante du manque de son âme jumelle. 

Elle n'aurait pas pu vivre sans cette douleur. Cette douleur, c'était Marcel. Elle continuait de le sentir, chacune de ses cellules lui rappelait son amour perdu. 

Elle est morte jeune, mais son corps était vieux, habité seulement par la musique, et par Marcel Cerdan. 

Dans le deuil, et parce qu'elle était en souffrance, elle n'a pas réussi à vivre. 

Il n'y a pas de hasard, elle devait passer par là. 

 

Mais aujourd'hui, les morts reviennent pour nous donner un message de vie. 

Ils nous rappellent que la vie est un cadeau, et qu'il y a peut être quelque part une vie après la mort. Mais que le plus important est la vie avant la mort. 

 

La douleur peut aider à vivre le deuil, mais elle est illusoire. 

Les morts sont là, à nos côtés, ils font parti de nous, mais ils ne sont pas dans la douleur. Il sont dans l'amour. 

C'est mon métier de rappeler ça, le plus souvent possible. 

Lorsque vous souffrez, vous avez certes l'impression que vous les sentez eux. Mais vous ne sentez que le manque. 

 

Ils sont amour. Vous les sentez quand vous souriez. Vous les sentez quand vous êtes envahis d'amour. 

Quand vous laissez un peu la douleur de côté. Quand vous ne vous y accrochez pas. 

Vous les sentez quand vous êtes vous aussi plein d'amour. Vous les sentez véritablement quand vous êtes en vie. 

Vous les sentez réellement quand vous sentez en vous l'amour que vous leur avez porté. 

Vous les sentez quand vous faites quelque chose pour les autres. Quand vous faites quelque chose pour vous même. Vous les sentez quand vous cherchez le bonheur. Car ils vous aident à le trouver et à le voir. 

Vous les sentez quand vous êtes au plus près de là où ils se trouvent. Dans l'amour. 

Dans l'amour, lorsque vous avez les bras grands ouverts et que vous n'avez plus aucune peur de la vie. 

 

Je les appelle les voisins du dessus, un peu pour dédramatiser le schmilblick. Mais ils ne sont pas "au dessus". 

Ils sont tout autour de nous. 

 

Dans un espace de conscience différent. 

Derrière un voile d'illusion que l'on se refuse à voir. Loin de l'Unité. 

Mais ils sont bien là.

La meilleure façon de les ressentir, de voir leurs signes remplis d'humour et de les honorer, c'est de vivre.

D'essayer du mieux possible de tempérer la douleur physique, ou de désembuer nos yeux.

Lorsqu'on a les yeux remplis de larmes, on voit moins bien ce qui nous entoure.

 

Demandez leur de l'aide pour vous aider à traverser tout ça, et ils vous aideront volontiers. Ils n'attendent que ça.

Que vous vivez pour deux, pour trois, pour quatre.

Que vous viviez pour eux.

 

Que vous profitiez de l'amour tout autour de vous pour retrouver le sourire.

 

Souvenez vous des jours heureux, en gardant à l'esprit que là où ils se trouvent, derrière le voile, ils sont heureux.

 

@ Bientôt quelque part mes anges ;)

 

Ps : RIP A.

Ps : RIP Donna Summer.

Ps : Rip Ribbon Gibb.

Ps : Rip tous les autres.  

Commenter cet article

Eänwen Summer 26/06/2012 16:02

Merci pour cet article. J'avais lu celui-ci avant : http://www.alicekaramedium.com/article-apres-la-mort-quand-viennent-les-regrets-106025969.html et lire ce deuxième m'amène les larmes.
L'article en lien m'a fait penser à tellement de personnes qui ne profitent pas assez de la vie, qui portent trop d'attention aux choses négatives, qui ont perdu quelqu'un récemment...
ça me rappelle aussi éternellement que je suis bien trop pudique
dans mes sentiments en dehors des sentiments amoureux.

Et puis sinon, cet article est très bien écrit, tellement vrai. Il m'a aussi touché parce que ça me parle beaucoup, ça apporte une continuité à tout ce que j'ai vécu dernièrement entre autour de ce
concept, l'amour. Et je saurais quoi dire maintenant aux personnes qui perdent un être cher à leurs yeux.
Merci encore et je me fais un plaisir de suivre ton blog depuis que je l'ai découvert.
A bientôt. Que toi et tes lecteurs prennent soin d'eux.

Mèche rebelle 22/05/2012 09:32

Bonjour Alice,

C'est un beau message que celui-ci.... si authentique.... j'aime ta façon si simple de dire les choses !

Bisous

stéphanie 22/05/2012 09:27

Merci Alice.
J'ai envie d'aller très haut aujourd'hui.
J'ai envie de partir, un moment, ressentir à nouveau l'Unicité.
Ton article est chaud et beau.
Il va avec cette musique :

http://grooveshark.com/#!/album/Enchanted+Forest+World+Disc/4090000

Je t'aime Alice et t'embrasse

odile 21/05/2012 21:37

Quel joli message chère Alice. Mon mari étant "parti" il y a quelques années, j'approuve totalement. Ca a été une grande souffrance pendant des années, mais aujourd'hui je suis libérée,gràce à mon
chemin spirituel.Il est à côté de moi, je le sens, et je serai heureuse de le retrouver, mais en attendant JE VIS et fais en sorte que chaque journée soit belle pour moi et pour les autres. Bonne
continuation Alice et Merci et à bientôt

lore 21/05/2012 14:01

Merci pour ce message Alice.

lore 21/05/2012 13:59

Merci pour ce message Alice.

Archives

À propos

La vie "presque" ordinaire d'une incorrigible provocatrice de sourires, agitatrice de consciences... Et ses tribulations !